22/08/2019  |  5225 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 20/08/2019 à 15:09:00
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Reindeer Show The Way

Cocosuma
Third side records / Chronowax - 24 août 2004

La noix de coco revient à la mode. Après l’émission Koh-Lanta et les américaines de CocoRosie, c’est au tour des petits français de Cocosuma de réhabiliter ce fruit un peu tombé en désuétude. Niveau audience, impossible de savoir s’ils auront le succès des deux premiers nommés. Toujours est-il que le groupe a rehaussé ses ambitions et arrive plus décidé que jamais.

Reindeer Show The Way est le deuxième album de Cocosuma. Avec des noms un peu bizarres (Fat Chimo du Japon et Chap The Jab) et une rumeur favorable, le duo français revient avec une nouvelle chanteuse : Kacey, une suédoise recrutée sur la foi d’un récital d’une chorale religieuse. Une jolie voix donc pour se superposer et se fondre dans des compositions à fort coefficient mélodique.

Le groupe revendique l’héritage des regrettés Zombies, guerriers pop de la fin des années 60. Toute la toison mélodique de Reindeer Show The Way semble en effet héritée de cette période faste et charnière. Une option passéiste contrebalancée par une certaine passion du collage sonore. Histoire d’être les seuls à ne pas le dire, on ne dira pas que Cocosuma fait de la pop bricolo. On préférera la métaphore alimentaire et on parlera de pop légère, sinon allégée. Assaisonnée, comme il se doit, de diverses manières. Avec ici ou là un soupçon de folk, de rock, de shoegazing ou encore d’électro. Voici donc un ragoût fort digeste, qui passe bien en bouche et qui ne reste pas sur l’estomac. Un peu comme une soupe Sveltesse.

Ici pas de salut pour les gros mangeurs. Mais pour les autres, moins gourmands, il reste de jolies petites chansons disséminées un peu partout sur le disque. Du mélodique Communication’s Lost au tubesque #1 (in my heart), on accomplit avec les Cocosuma le difficile passage entre la post-adolescence et la vie adulte. Sur What’s Left Of Us, on remarque cette profession de foi : « I’ll take the windin’ road and walk it / In a changin’ world ». Et ouais, pas facile de signer l’album de la maturité. Faut déjà marcher dans le vent.


www.cocosuma.net/
www.thirdsiderecords.net/

chronique publiée le 18/08/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire