18/08/2019  |  5222 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/08/2019 à 16:02:00
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Nouvelle Vague

Nouvelle Vague
Peacefrog / Discograph - 2004

La Nouvelle Vague en question n’est pas celle de Truffaut ou de Godard, mais plutôt, celle toute aussi foutraque, qui vit musicalement le jour à la fin des années 70. Cette new-wave, célébrée ici ou là par des petits jeunes qui lui doivent beaucoup (Interpol, Radio 4…), est au centre du projet initié par le français Marc Collin qui veut ressusciter les hymnes de cette époque avec une orchestration bossa-nova et une chanteuse (si possible) brésilienne.

L’idée est maligne. Nouvelle Vague, c’est l’éclaircie qui vient rallumer ces sombres paysages des années 70-80. Quoique ici, le soleil ne tape pas trop fort et à défaut d’un vrai voyage à Rio de Janeiro, on a droit à un beau spectacle sur un cargo Londres-Brasilia qui se serait perdu en route. Il faut dire que c’est une bossa-nova à l’occidentale qui est proposée, une sorte de lounge plus cultivé qu’à l’accoutumée, un repas de famille distingué en compagnie de Joy Division, PIL, Cure ou XTC.

On pourrait dire que la recette est facile et qu’elle ressemble un peu à celle de Béatrice Ardisson sur ces compilations Paris Dernière. Ce serait sous-estimer le talent de Marc Collin et de son acolyte guitariste Olivier Libaux qui se sont appliqués à signer de luxurieux arrangements qui vont au-delà de la simple redite. Et quand Béatrice Ardisson réhabilite Village People et Britney Spears, Nouvelle Vague se charge de petites merveilles oubliées comme Modern English ou Sisters Of Mercy. Forcément, au final, ça ne rend pas de la même manière.

Le disque s’écoute de deux façons. D’un côté, on savoure les tubes réorchestrés (Guns Of Brixton des Clash). De l’autre, on partage avec Collin et Libaux quelques belles découvertes d’érudits (In A Manner Of Speaking de Tuxedomoon). Un album à recommander pour les jours gris à Deauville quand les mots croisés sont finis et qu’on a envie de se cultiver ailleurs que sur France 5.


www.peacefrog.com/

chronique publiée le 09/09/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire