16/06/2019  |  5204 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 12/06/2019 à 15:01:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Medúlla

Björk
One Little Indian - 30 août 2004

L’année prochaine, Björk va fêter ses quarante ans et tout autant d’années de carrière. Quarante années de chansons et d’expérimentations en tout genre, de ses débuts publics en compagnie du groupe Sugarcubes jusqu’à sa flamboyante carrière solo.

Si Björk invente sans cesse, mêle différentes sonorités, il y a bien un instrument qu'elle n’a cessé d’utiliser. Son « outil » le plus précieux : sa voix. C’est sans doute en partant de ce postulat que la chanteuse islandaise a décidé de faire Medúlla, album uniquement a capella. Mise à part l’apparition d’un clavier, tout le reste est composé à partir de cordes vocales humaines.
C’est d’ailleurs cela qui frappe dès l’ouverture de l’album. On reste subjugué par l’incroyable densité de Where Is The Line ou Who Is It, que l’on croirait tout droit sortis de l’univers débridé et électronique de Mark Bell ou Matmos. Pourtant ce sont bien des sons de voix (Rahzel, Dokaka, Shlomo ou la chanteuse Inuit Tagaq) qui donnent à l’ensemble toute sa puissance.

Passée l’incroyable surprise des premières écoutes, c’est la voix de Björk qui retient et capte toute l’attention de l’auditeur. Depuis Debut, jamais la voix de la chanteuse n’avait été autant mise en avant. Confortée par deux ensembles de chœurs, Björk explore toutes les facettes de son organe, soit en se renvoyant son propre écho (Desired Constellation), soit en mettant sa voix vers cet équilibre précaire, entre la rupture et le sublime (Ancestone).
Cependant, l’album, du fait de ses ambivalences entre électro pure et ambiances plus vocales, perd cette continuité qu’avait acquis Vespertine, au détriment d’une incroyable compacité qui sera sans doute dure à faire digérer à certains puristes...

Ceci étant dit, Medúlla reste sans conteste un chef-d’œuvre, une œuvre d’art atypique, étrange et sensorielle qui amène pas à pas l’auditeur à la source de la musique : la voix humaine.


www.bjork.com/
www.dokaka.com/
www.indian.co.uk/

chronique publiée le 09/09/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire