19/05/2019  |  5192 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/05/2019 à 14:30:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Twice As Nice: Be Music | Dojo | Mark Hamins | Arthur Baker Productions - Channel 3: A Compilation Of Output Recordings

Various Artists
Les Temps Modernes - Output - 2004

Pourquoi une seule et même chronique pour 2 compilations qui, a priori, n’ont rien à voir ensemble ? Parce que sur Foutraque, on aime les risques ?
Non, simplement qu’à force de recycler ou d’archiver (qui fait quoi ? d’Output ou des Temps Modernes…) les modes, les sons ou les rythmes, on en vient finalement à la même chose ; à savoir qu’avec du neuf on fait du vieux et vice versa.
Ce n’est pas une nouveauté, sinon que le pauve chroniqueur que je suis se pose constamment des questions existentielles sur le pourquoi du comment du schmilblick de la musique, et que toutes mes considérations sont vaines et absconses.

Twice As Nice, second volume d’archivage de James Nice (qui n’en finit pas de dépoussiérer le grenier post-Joy Division de l’Angleterre de Thatcher) met en scène les errements disco-funk savamment distillés par le percussioniste et batteur Donald Johnson (encore A Certain Ratio..!), sous la houlette de Barney de New Order, avec un Look Into My Eyes de 52nd Street à faire pâlir James Brown himself, le magique Genius de Quando Quango (avec Mike Pickering qui, plus tard, officiera comme DJ vedette à la « Hacienda » de Manchester). Mais aussi le soulful Keep On Dancing du regretté Marcel King, l’électro-disco de Shark Vegas jusqu’à l’edit du fameux Video 586 de New Order amputé d’une bonne vingtaine de minutes, avec sa basse monstrueusement saturée et son beat hypnotique, qui démontre encore une fois que des mancuniens sous acides et sous l’effet d’effluves alcooliques sont capables d’exploits musicaux sans nom.

A l’inverse de thésauriser, Trevor Jackson, tête pensante du label Output et de son groupe Playgroup, ressort ses vieux disques de Devo, de Suicide, d'une tripotée de groupes d’avant-funk ou disco-noir (au choix) et demande à plein d’autres potes contemporains de s’en inspirer. Ce qui donne un résultat assez intéressant, si tant est qu’on ait un second degré bien affirmé ou alors qu’on ait fumé des cigarettes qui font rire. Du riff acéré très Stone Roses des vétérans Yello au très acide TB 303 de DK 7, en passant par le très réussi dub-mix du I Need Your Love des Rapture orchestré par la main de maître de Trevor Jackson lui même ; on navigue allègrement en pleine déprime électro, qui ne devra son salut que par quelques rayons de soleil de samples bien sentis (sur le remix de Rekindle, on reconnaîtra les accords de gratte du Temptation de… New Order et sur Lvl de 7 Hurtz on devinera le synthé de Vicious Treak de… New Order ! (sic)), ou par la pop « rabibochée » de Tall Blonde.

Entre la cure de soleil homéopathique de James Nice et les conseils post-cure de Prozac® de Trevor Jackson, vous n’aurez que l’embarras du choix pour mettre du piment dans la rentrée de vos rejetons…


home.wxs.nl/~frankbri/lestemps.html
www.outputrecordings.com/

chronique publiée le 11/09/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire