20/05/2019  |  5192 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/05/2019 à 14:30:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
We Fight Til' Death

Windsor For The Derby
Secretly Canadian - 2004

Suivre Jason McNeely et Dan Matz jusqu'au bout, et même si mort s'ensuit. Ce pourrait être une des traductions du titre si définitif, We Fight Til' Death, d'un disque et d'un groupe si essentiel. En ces temps de fausseurs et de copieurs généralisés (cf. Interpol / Joy Division ou BRMC / Jesus & Mary Chain), le rock a besoin de la musique jouée par Windsor For The Derby. Après nous avoir généreusement gratifiés d'un disque littéralement réfrigérant sur Aesthetics l'an passé et de concerts très rock et puissants, les deux compères reviennent avec ce chef-d'œuvre. Ils connaissent leur Factory, leur Creation, leur 4AD et leur Rough Trade sur le bout des doigts, mais dépassent les multiples influences qu'on peut entendre chez eux. Leur rock-krautrock-pop-postrock véhicule une urgence, plus que de la mélancolie, on danserait presque chez les morts, avec eux-mêmes. En ces temps de post-punk-funk machin n'importe quoi cher aux autres Rapture, !!!, qui ont pris de travers les rééditions de A Certain Ratio ou James Chance, avec Windsor For The Derby c'est Can, Neu qui sont les meilleurs potes de New Order et c'est génial. En 10 titres, de The melody of a fallen tree, magnifique dans son désespoir à faire gigoter les plus mous, à Flight, en passant par For People Unknown et l'éponyme We Fight Til' Death, ce groupe et sa musique sont à chérir plus que tout, comme The National. A signaler que le super groupe d'Austin (Texas), I Love You But I've Chosen Darkness, devra désormais se débrouiller sans Jason McNeely, qui a quitté la ville, mais enregistré un magnifique EP au printemps 2003, soit, peu ou prou, le meilleur disque de... Franz Ferdinand ! (on ne peut le trouver qu'en import, mais son cocktail rock-pop survitaminée mélodique est irrésistible).


www.secretlycanadian.com/

chronique publiée le 14/09/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire