13/12/2019  |  5280 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2019 à 13:47:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Vive l'amour

Jean-François Coen
Naïve - 24 août 2004

« Vive l’amour. » Comment ne pas adhérer à un tel slogan, à moins d’être un indécrottable misanthrope ? Sans tomber dans ce travers, Jean-François Coen - qui a choisi ce titre trompeur pour l’album qui marque son retour - a néanmoins imprégné ses mots d’une forte ironie. Les textes de Vive l’amour, déclamés d’une douce voix teintée de mélancolie, sont très loin d’être consensuels jusqu’à la moelle, ils sont même carrément grinçants et gorgés d’un humour aussi désespéré qu’acerbe. Les horreurs racontées calmement sur une musique délicatement pop sont encore plus percutantes, c’est bien connu… Jean-François Coen ne se prive donc pas, il se lâche même en déballant quelques détails croustillants sur ses aventures parsemées de trahisons multiples (Tu causes, Calamity Jane, Casse-toi, Je te tuerais… ). Mais le songwriter désabusé sait aussi baisser sa garde : ses paroles se font parfois émouvantes (La nuit tout est mieux, Ulysse et Pénélope).
Livré à lui-même (à quelques exceptions près) pour composer et interpréter ses chansons, l’ex bassiste du groupe Modern Guy n’essaie absolument pas de sonner « actuel », c’est ce qui fait son originalité. Certes, sa voix pourrait faire penser à celle de Vincent Delerm (en mieux) mais selon toute vraisemblance, c’est le chantre du renouveau de la chanson française qui est fan de Coen depuis longtemps, et non l’inverse… Ecrits dans une tour de Pise à l’abri du monde, les morceaux ont une tonalité chanson pop, voire electro pop parfois, évoquant fortement la new wave et les sonorités des années 80.
A la fois déroutant, accueillant et décalé, Vive l’amour se révèle donc être un album très réussi. Jean-François Coen décrit avec réalisme les méandres de l’amour, mais sans en dégoûter toutefois ; comme tout un chacun, il sait bien qu’il replongera comme un con un jour ou l’autre et criera à nouveau « vive... »


www.naive.fr

chronique publiée le 22/09/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire