09/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 08/12/2019 à 14:58:56
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Consider the birds

Woven Hand
Glitterhouse Records / Talitres / Chronowax - 16 novembre 2004

Le chanteur de Sixteen Horsepower, David Eugene Edwards, poursuit sa route tortueuse et chaotique sur les chemins de la foi… Ceux qui ont vu cet homme sur scène - avec son groupe le plus connu ou sous le nom de Wovenhand - savent à quel point il est habité par ses chansons ; il semble vivre réellement chaque mot qui sort de sa bouche.
Hanté par des démons inquiétants et l’espoir d’une rédemption inaccessible, les morceaux de Woven Hand ont souvent les mêmes atours rugueux, religieux et terrifiants que ceux de Sixteen Horsepower. Tout juste sont-ils moins rock et plus country/folk/blues... Les instrumentations sont volontairement dépouillées à l’extrême pour donner la place qu’elle mérite à la voix saisissante de David Eugene Edwards. Souvent seul avec un banjo, une guitare antique ou un piano, le songwriter torturé a également convoqué en studio de sobres musiciens pour interpréter ses chansons troublantes. Ce dénuement musical contribue à faire de Consider the birds un disque presque ensorcelant. Et ce ne sont pas les thèmes des textes - le paradis, l’enfer, Jesus, la foi, la culpabilité, le jugement, la loi, la violence - qui vont contribuer à « détendre » l’atmosphère, plutôt chargée…
Comme Johnny Cash, - dont la voix d’Edwards se rapproche parfois -, l’homme derrière Woven Hand arrive à passionner son auditoire pour des thèmes qui lui sont étrangers a priori. Devant tant de conviction et de ferveur musicale, on ne peut que dire : « Amen ».


16horsepower.com/wovenhand.html
www.glitterhouse.com
www.talitres.com

chronique publiée le 10/11/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire