19/08/2019  |  5224 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/08/2019 à 16:59:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Baden-Baden

Michaela Melián
Monika Enterprise - 1er novembre 2004

Pour notre culture française, Baden-Baden est restée la ville d’une fuite, d’une nuit. Celle d’un homme politique emprunt de doutes et cherchant son futur. Pourtant, en écoutant le premier morceau de Baden-Baden, ce n’est pas une fuite mais une comptine qui s’ouvre à nous. Une comptine enchanteresse mais recélant en elle des pans mystérieux et intrigants. Soutenu par un tempo sourd, le premier album de l’artiste allemande Michaela Melián commence de fort belle façon. 
Baden-Baden est un mélange bien dosé entre techno allemande et electronica pointilliste. Un contraste des genres, parfaitement assumé et prolongé tout au long de compositions dans lesquelles les lourdes rythmiques binaires font face à des mélodies minimalistes, faites à base de clavier, de guitare sèche et surtout de violoncelle. Déroutant au premier abord, l’album finit par séduire au fil des écoutes grâce aux effets hypnotiques de longues compositions finement ciselées. L’album se clôt de façon assez surprenante avec la chanson A Song For Europe, reprise de Roxy Music. Sur un canevas simple et dépouillé (guitare sèche et violoncelle), l’artiste convoque l’espace d’un instant le fantôme de Nico et nous dévoile une autre facette de son talent.


www.monika-enterprise.de

chronique publiée le 29/11/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire