23/05/2019  |  5195 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/05/2019 à 08:15:03
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Sub Pop: Patient Zero

Various Artists
Sub Pop - 2004

John McEntire, un Dieu pour beaucoup d’entre vous, pouvait balancer en 1998 que Sub Pop était moins une success story en musique indépendante que le label indé Touch and Go, en 2004 (et pour 2005), les données semblent inversées. La franchise de Seattle est dans tous les bons coups fourrés, qu’il s’agisse du revival eighties avec Frausdots, de la pop indé fauchée à la Pavement comme on n’en fait presque plus avec The Shins, du folk sympa d’Iron And Wine, une gâterie estivale comme Weevil l’année dernière, ou des vraies musiques du futur, la symbiose pop parfaite de The Postal Service, l’électro tempérée de The Album Leaf (TLA pour les intimes de James Lavalle), ou la noisy dure flippante de Wolf Eyes (à retenir, bientôt à Point éphémère ou Instants Chavirés ?).

Sur cette compile moins bilan que photo du moment, chromo émouvant et sincère, beaucoup de promesses à tenir et peu de pétards mouillés, beaucoup de groupes en The (7 titres sur 15), mais très peu en cuir de loubards à la mode racoleuse BRMC et consorts. Simplement de la bonne musique faite par des passionnés, en vente dans les intègres crémeries. Quinze titres donc, The Shins qui s’éclate sous le parasol en poncho, The Thermal qui fait du rock, les suédois Constantines qui ressuscitent mieux les Stones que les poseurs m’as-tu Vue, The Catheters en sous-Hives de service contentent, Rogue Wave est dispensable, Frausdots très photographie papier glacé mode bien faite, The Helio Sequence séduit avec sa pop de peu, Iron and Wine envoûte en duo vocal masculin féminin, The Elected évoque un Robert Smith mariachi, avec moult cordes, tambourin, Rosie Thomas prétresse folk touchante, l’électronica américaine des grands espaces intimes de The Album Leaf, la pop (l’album de l’année 2003 ?) de The Postal Service, la folk-pop bloquée 70’s à la Gene Clark de l’autre frère Rademaker avec All Night Radio, les guitar hero insupportables Comets On Fire et surtout les immenses incompris néo bruitistes Wolf Eyes, vrais terroristes, qui vous retournent l’âme et l’estomac en moins de trois minutes . Musique vomie intrigante, à approfondir ?


www.subpop.com

chronique publiée le 01/12/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire