19/08/2019  |  5224 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/08/2019 à 16:59:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Bâtards Sensibles

TTC
Big Dada / V2 Music - 2004

Le nouvel album de TTC sent le scandale et c’est pour ça qu’il fera date. Choc des mots d’abord.
« Suce moi bien pétasse / Prends des initiatives / Moi je n’hésite pas / Car direct je sodomise » ou encore « J’aimerais bien te faire un cuni baby mais je n’ai pas le choix / Je ne veux pas sortir avec du rouge à lèvres en boite » : TTC ne fait pas tout à fait dans la finesse sémantique. Choc des mots mais aussi et surtout choc musical. Jamais, en effet, le hip-hop français n’avait été aussi loin dans l’expérimentation. Les 3 MC’s et leurs producteurs définissent un nouveau son urbain qui ne pourrait avoir d’autre nom que le leur. Le « TTC », donc, est un habile mélange de sonorités électroniques et de beats hip-hop. Crade, pointu, salace, hardcore, chacun aura sa propre définition du mix obtenu.

Le titre de l’album n’a rien d’innocent. Bâtards Sensibles, c’est un étendard. Bâtards comme les couplets vulgaires de Girlfriend ou de Du sang sur le dancefloor. Sensibles à l’image de quelques autres digressions nettement plus en finesse (J’ai pas sommeil). Mais Bâtards Sensibles c’est aussi, au delà du machisme scandaleux, un art assez prononcé du second degré. Les TTC ne sont pas franchement crédibles dans leurs élucubrations salaces. Le fameux Girlfriend n’est en fait rien d’autre qu’un recueil d’insultes perverses, une anthologie des *** ou autres bips made in MTV. Et si le sang des menstruations coule sur le dancefloor, c’est aussi parce que Michael Jackson y faisait en son temps une involontaire allusion (Blood on the dancefloor). Bref, ceux qui seront choqués n’ont pas tout compris à l’humour. On peut très bien dire « nique ta mère » à son propre frère.

TTC a frappé fort. Le buzz est monté à une vitesse folle et plus une soirée entre branleurs ne se finit sans le génial Dans le club. Ça pourrait surprendre vu la rudesse du son. Mais à la manière d’un Dizzee Rascal outre-manche, le groupe représente la culture urbaine dans toute sa splendeur et sa diversité. Des histoires de filles, de soirées, de soirées avec des filles : de quoi rameuter du monde pour danser et rigoler au son de TTC.


www.batards-sensibles.com
www.v2.fr

chronique publiée le 06/12/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire