22/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Up Against The Legends

The Legends
Under Cover - 2004

Débarqués de Suède, les Legends (assez forts dans la série " on n’a pas peur des noms lourds à porter ") livrent un premier album chargé à la noisy pop où le fantôme de Jesus and Mary Chain aurait pris des couleurs après une cure intensive chez les Wannadies. Ici refrains morveux et guitares gentiment saturées s’enlacent le long de douze vignettes passéistes mais bien troussées par moments.
Rien de révolutionnaire donc sous ces chevelures blondes (brune pour la demoiselle au piano), mais une fraîcheur qui fait plaisir à écouter. L’album s’ouvre sur Call it ours, véritable hymne popeux, le genre de truc à redonner goûts aux mélodies fraises tagada au fan le plus rigoriste de Suicide, un morceau à vous faire exploser la touche Repeat de votre chaîne hi-fi. Les Pastels ne renieraient pas ces appliqués correspondants scandinaves.
Le reste de l’album ne reproduit pas toujours ce petit miracle, mais on ne peut s’empêcher de secouer la mèche sur Nothing to be done ou The Kids just have fun. Les Legends évoluent toujours à la frontière entre noisy fauchée (Breaking time, breaking lines) et power-pop aussi lumineuse que futile (There and back again). L’ensemble est concis (vingt neuf minutes) mais s’écoute avec un plaisir difficile à cacher. Bref, les Legends sont un attachant groupe de seconde zone, capable de fulgurances ponctuelles. Notre disque du mois de mars… 1986.

A lire également, la chronique du concert donné par The Legends en février 2005 au Nouveau Casino (Paris).


chronique publiée le 28/03/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire