16/06/2019  |  5204 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 12/06/2019 à 15:01:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Frances the Mute

The Mars Volta
Island / Universal - février 2005

Né sur les cendres du groupe rock/hardcore At the Drive-in, à l'instar de leurs collègues Sparta, The Mars Volta décline, depuis son Tremulant E.P. sorti en 2002, un rock psychédélique-énergique. La recette appliquée sur leur précédent album Deloused in the Comatorium est amplifiée sur ce dernier opus par les performances du guitariste Omar A. Rodriguez Lopez et du chanteur Cedric Bixler Zavala. A l'écoute de Frances the Mute, on se retrouve alors au milieu d'une déferlante de titres aux noms et aux architectures étranges qui alternent passages expérimentaux, guitares épiques, bossa nova et solos de trompettes, faisant voyager l'auditeur pendant 76 minutes. Des titres accessibles comme The Widow y côtoient des mélanges explosifs tels que Miranda that ghost just isn't holy anymore. On pense bien sûr très fort à Pink Floyd (dont le graphiste Storm Thorgerson assure une partie de l'artwork de The Mars Volta), Led Zeppelin, mais aussi, et que ceci ne fasse fuir personne, à Yes. The Mars Volta partagera les avis, entre ceux qui y verront les nouveaux messies du rock expérimental et ceux qui trouveront le délire progressif trop poussé et indigeste. Une chose est sûre, Frances the Mute ne laissera personne indifférent, et sortir un album de cette trempe sur une major prouve que tout est encore possible.


www.themarsvolta.com
www.themarsvolta.co.uk

chronique publiée le 11/04/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire