21/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/07/2019 à 22:02:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Not on top

Herman Düne
PIAS - 2005

Toutes barbes devant, la lo-fi folk des Herman Düne est de retour pour un septième album. Nos Suédo-Helvético-Parisiens bénéficient enfin d’une distribution digne de ce nom et ont même mis les pieds dans un studio d’enregistrement. Que les fans ne s’inquiètent pas, le groupe reste fidèle à un son mono, sec et dépouillé. La pochette de l’album les rassurera, André (et sa bouteille de whisky) David ( toujours à la recherche d’un rasoir) et Neuman ( très appliqué à la flûte) restent ces doux dingues écumant les salles de fortune de New-York à Paris. En chemin, ils ont croisé et invité la Canadienne Julie Doiron à venir gratter du ukulélé et chanter sur leur nouveau carnet de voyage.

Moins fauchées et plus pop, les quinze chansons de l’album dévoilent une écriture plus ambitieuse, comme sur le sublime Walk, don’t run. Herman Düne reste un de ces derniers groupes sans plan de carrière établi, un groupe terriblement attachant. Un groupe qui se contente d’écrire de jolies chansons et tente tant bien que mal d’en vivre. Ce qui suffit largement à notre bonheur. Du chavirant This will never happen au spleenien Recording Farsifa, la musique d’Herman Düne touche directement au cœur sans effets de manche. Sur Orange hat, la voix de Julie Doiron rappelle la folk évanescente de Mazzy Star. Quand on écoute plus attentivement ces morceaux, on se rend compte que chacun à son histoire. Des histoires qui vivent entre tristesse et drôlerie.

Not on top devrait agrandir le cercle des amis du groupe. D’ailleurs, si ça intéresse certains, André donne des concerts privés pour vos anniversaires, il suffit juste de lui faire une place sur le canapé. Peut être pas encore au top des ventes, mais définitivement dans le Top 5 de nos de barbus préférés.



A lire également, une interview d'Herman Düne & Julie Doiron, des chroniques de concerts aux Eurockéennes 2004, à l'EMB et au Nouveau Casino 2004, au festival MOFO 4, au Point Ephémère 2005 et au Printemps de Bourges 2005, ainsi que les critiques des disques Mas Cambios, Switzerland heritage et Goodnight nobody.


www.hermandune.com


chronique publiée le 28/04/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire