18/02/2020  |  5307 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 17/02/2020 à 18:04:01
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Cutlass Supreme

A Cake A Room
E.L.P! Records - mai 2005

La musique, comme beaucoup de choses, est avant tout une affaire de goûts. Impossible donc de tout aimer. Cependant ne pas aimer un disque ne signifie pas de le mettre à l’écart et attendre gentiment que la poussière tombe dessus. On peut très bien ne pas aimer un album mais le chroniquer quand même : ce n’est pas antinomique ! C’est ce qui m’est arrivé en écoutant A Cake A Room.

Cutlass Supreme est tout sauf un disque qui laisse indifférent. C’est avant tout une musique atypique que beaucoup ont perdu de vue. Celle de la grande Amérique, profonde de préférence, loin des tendances urbaines. Celle des premiers temps du rock et des histoires banales de petits villages noyés dans des paysages désertiques. Celle des grosses guitares et des voix aux accents prononcés. N’y voyez pas là une caricature d’une culture que je ne connais pas. Non A Cake A Room est tout sauf un groupe caricatural et même si les neufs musiciens qui le composent n’ont pas vécu de l’autre côté de l’Atlantique, ils n’ont rien à envier à leurs aînés. Cutlass Supreme distille au gré des compositions ses influences très terriennes entre blues du Mississipi, country enjouée et rock marécageux. Malgré les goûts, au fil des écoutes surgissent quelques tubes ou pépites, comme le très chaloupé Stop Fucking The World ou encore le très sixties Sugar Ray.

Comme tout les goûts s’ouvrent à nous, je vous conseille de vous plonger dans cet album, de le confronter à vos sens auditifs et de vous faire une opinion... Mais, à coup sûr, A Cake A Room ne vous laissera pas indifférent.


elprecords.free.fr

chronique publiée le 19/05/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire