20/11/2019  |  5268 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/11/2019 à 15:31:33
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
With Teeth

Nine Inch Nails
Interscope / Universal - 2005

Désolé JD (Inrockuptibles n°493), mais Nine Inch Nails ne s’écoute pas comme The Pastels ou les Field Mice… Quand je me plonge dans les méandres torturés de The Downward Spiral (1994), ce n’est pas à la recherche de la mélodie parfaite ou d’une quelconque harmonie vocale «finement ciselée»… C’est pour être malmené, bousculé, ne plus savoir où je suis, sentir une «sourde colère» monter en moi… qu’elle soit nihiliste ou pas (Dominique A l’évoque dans l’interview qu’il nous a accordé en mars 2002…). Alors non, With Teeth n’est en rien un «disque sans désir, sans souffle», c’est même tout le contraire. Une des plus belles surprises de cette année 2005, un disque de reconquête, où Reznor parvient à ressusciter la rage et la spontanéité qui l’animaient du temps de Pretty Hate Machine (1989). Tu aurais dû discerner la magie qui se cachait derrière le premier titre All The Love In The World, ce gospel des temps modernes qui ne dit pas son nom. Tu aurais pu «headbanger» fiévreusement sur la tuerie «dancefloor» The Hand That Feeds, où le «songwriting» de Depeche Mode s’encanaille sur des rythmiques indus. Aurais-tu eu le souffle coupé, si seulement tu avais pris le temps d’écouter la rage contenue de You Know What You Are ? Qu’importe, les règles de la bien-pensance musicale n’ont pas été transgressées, les convenances ont été respectées, tu peux dormir tranquille… Sans rancune.


www.nin.com
www.interscope.com

chronique publiée le 24/05/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire