13/12/2019  |  5280 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2019 à 13:47:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Je ne suis encore le musée que de presque rien

Nikko
KKOE / Productions Spéciales - mai 2005

Nicolas Barrot, alias Nikko (et surtout ancien batteur du groupe Les Tétines Noires), sort son cinquième album solo, Je ne suis encore le musée que de presque rien. Il a de la chance, Nikko, de connaître autant de musiciens de grande classe : Entonie (Emilie Simon, LTNo…) à la basse, Patrick Chenière (Pascal Comelade, Général Alcazar) à la guitare / mélodica / mandoline, Manu Mahieu (Doubleman, Julie Delpy) à la batterie, Horn Pusher (Rubin Steiner) aux trompettes et je m’arrête là mais il y en a encore une dizaine de cet acabit... Il sait aussi s’entourer des techniciens les plus doués : Jean-Marc Pinaud (No One is Innocent, Lofofora, Vincent Delerm, Bénabar) s’occupe de l’enregistrement ; l’album est mixé par Pascal Garnon (Rita Mitsouko, Pills, NTM, Air, Nubians). Une sacrée veine, non ?
Les compositions rock se marient avec aisance et naturel à des textes pointus et mélancoliques. Onze titres installant un univers où les esprits de Gainsbourg, Martin Gore ou Manset planent avec élégance et délicatesse. Jours étranges et Camper le rôle d'une tante sont parmi les morceaux les plus captivants de ce disque rare.


www.kkoe.fr

chronique publiée le 13/06/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire