07/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Land of the Rough

Dead Fly Buchowski
Beggars Banquet - 2005

Ce disque sent la folie, celle dûe aux abus : alcool, drogue, sexe. Ce disque sent Buchowski dans toute sa splendeur et sa décadence. Le groupe écossais Dead Fly Buchowski s'emploie à délivrer des rythmes saccadés, simples, irréguliers, trébuchants. Les quatre garçons dépeignent la vie (conformiste) comme ils la ressentent, envoient des riffs chaotiques, des chansons poignantes qui transpirent le blues et un passé empreint de solitude, de souffrance et d'allégeance. On rentre dans l'imagerie de DFB comme quand on prend un acide : phantasme sauvage, désillusion, envie de se battre contre des moulins, paranoïa et soulagement. Dégoulinants de sueur, ces jeunes lads martèlent les fûts, déchirent les cordes et sortent de ce premier effort, Land of the Rough, fourbus, cassés en deux, nauséeux. Ils en sortent aussi grandis, car leurs démons sont enfin gravés sur un disque où la poussière ne pourra jamais s'accrocher. Je retiens en particulier Russian Doll et son ouverture épileptique, Been down before et sa ligne de basse écrasante et le débridé Pandemonium. Un album crade, qui souffre, qui gémit, qui crache sa haine, un bel hommage au blues d'aujourd'hui. Les adeptes de Creedence Clearwater Revival et 22-20's devraient apprécier.


www.dfbmusic.co.uk
www.beggars.com

chronique publiée le 14/06/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire