28/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Dress Code

Frantic
Suave Music / Abeille - juin 2005

Les années 80 ne finissent plus d'encombrer les bacs des disquaires : héritiers (Les Rythmes Digitales, Zoot Woman, The Bravery - pétard mouillé de ce début d'année -), comme anciens (Duran Duran). C'est au tour du groupe français Frantic (qui chante en anglais - sauf sur un titre) de vouloir faire parler de lui. Dress Code est un album hommage à ces années riches en idées et cocaïne. Les sonorités, eighties à souhait, me plongent dans mon enfance, mais ici la production se sert du matériel d'aujourd'hui. Frantic n'est pas fétichiste, François-Olivier Nolorgues (ex-présentateur sur MCM) aime ces années créatives, mais il veut un son et une production digne, absolument pas désuète. On pense parfois à The Cars ou Modern Talking, mais aussi à Robert Palmer, à New Order surtout. Dandy et séducteur, le chanteur joue avec tous les clichés à sa disposition. On ne peut pas résister aux rythmes de Golden Boy, I was a Lover, Dress Code, Botoxx ou Star Bizarre, les hanches et les pieds bougent tous seuls. L'apaisé Dans tes bras (genre de composition qu'Alain Chamfort ou Elli et Jacno auraient pu écrire) offre la possibilité d'un quart d'heure américain où les filles invitent les filles et les garçons dansent entre eux, ou l'inverse. Les années 80 étaient celle de l'argent, de la réussite, de l'apparence, de la fête… Pour Frantic, les années 2000 pourraient bien être celle de la reconnaissance, toute hype et parisianisme mis à part. Il faut garder la tête froide et Frantic a tout pour y arriver. Un dernier point, la pochette ressemble presque à celle de Maxïmo Park… Coïncidence ?


www.ilovefrantic.com

chronique publiée le 14/06/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire