29/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Olivier Andu

10 chansons pour kazoo etc.
NPKPC (autoproduit) - 2005

Du bouillon aphoristico-critico-médiatique où il se laisse passivement baigner, il arrive que le chroniqueur retienne quelques formules qui, allez savoir pourquoi, flottèrent un moment un peu plus haut que les autres sur l’écume informe. Ainsi, quelqu’un a dit un jour sur l’éther que « les disques de John Lee Hooker, soit on n’en avait qu’un, soit on les avait tous ». Il se pourrait bien que cette formule convienne aussi fort bien aux disques d’Olivier Andu. Entendez par là qu’il se peut après tout qu’on ne retienne de l’écoute de ses chansons qu’un murmure assez superficiel et qui plus est prolongé à l’identique de disque en disque. Auquel cas on n’ira pas plus loin. Mais il se peut aussi que recevant 10 chansons pour kazoo etc. quelques temps après l’enjôleur Jumet-Cotonou, on retrouve instantanément le plaisir et les sensations de cet univers intelligemment serein. De nouveau on est là, assis à côté du musicien à son domicile tandis qu’il élabore ses paisibles constructions de cordes et de souffle, et c’est comme si on n’était jamais parti, des vieux habits confortables qu’on se remet, un coin du monde, maison ou forêt, qu’on connaissait par cœur mais où on n’était pas passé depuis des années, et qui semblait nous attendre. On est à l’aise et on est en paix, à l’image suppose-t-on d’Olivier Andu lui-même. 10 chansons pour kazoo etc., fait à la fois de nouveautés et de quelques regard nouveaux sur d’autres morceaux d’autres disques, semble toutefois (dans le son, dans l’exécution), plus sûr et posé, moins rêveur en somme que son prédécesseur. Plus conscient peut-être de ce qu’il est, et comment il l’est. Comme une pause sur le chemin, le souvenir d’une histoire déjà fournie allant de pair avec l’évocation de la suite : un nouvel album d’Olivier Andu devrait sortir en septembre pour compléter le premier coffret NPKPC. On attend, sans hâte, nimbé dans le bruissement du temps qui passe au rythme qu’il faut pour caresser la vie.


www.olivierandu.net

chronique publiée le 06/07/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire