27/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Acapulco

La Position Du Tireur Couché
Naïve - 21 juin 2005

N’attendez pas ici de jeux de mots douteux (et à connotations sexuelles) sur le nom du groupe clermontois La Position Du Tireur Couché… Ils ont déjà tous été faits, cela ne revêt donc pas un intérêt majeur. Par contre, la réédition du premier album de LPDTC chez Naive a, elle, un intérêt majeur : permettre au plus grand nombre de découvrir les dix chansons pop sixties de ce groupe franchement décalé et honteusement doué. Avec des titres réenregistrés (ou remixés) et un nouveau tube (Je m’en lasse), l’album Acapulco ne manque pas d’atouts, ceux qui avaient fait la sourde oreille dans la presse spécialisée nationale lors de la première parution en mai 2004 commencent à s’en rendre compte. Il était temps ! Car peu d’albums sortis récemment donnent autant le sourire que celui-ci. Les tubes qui encouragent fortement à danser ou à se rapprocher de son (ou sa) partenaire ne manquent pas, il n’y a même quasiment que ça ! Les sautillants Acapulco, Je suis un branleur, Les Femmes mariées, Bête, Steve Austin, Les plages et Le James Bond du quartier provoquent en effet une belle envie de plonger à pieds joints dans le bonheur, même si les textes - très bien écrits - risquent d’en ramener certains à une réalité aussi drôle (si elle est assumée avec autodérision) que dérangeante (dans le cas contraire). On trouve également des titres plus lents destinés à draguer dans les coins, comme les très réussis Je m’en lasse, On flanche, et Ce que l’on peut s’emmerder. Qu’elles soient enlevées ou plus calmes, les compositions de La Position Du Tireur Couché bénéficient toutes d’un délicieux parfum de chanson pop classieuse, le tout présenté de manière concise (2 minutes 55 en moyenne) avec une audacieuse production aussi minimaliste (on pourrait même dire Lo Fi) qu’inventive et furieusement kitsch. Le couple Frédéric Pradelle/Gaëlle Lecozannet fonctionne à merveille, provoquant sourires un peu idiots, rires incontrôlés, grincements de dents et autres dommages collatéraux… Leur relation musicale (qui risque d’en faire rêver plus d’un) est basée sur les modèles Serge Gainsbourg/Brigitte Bardot, Lee Hazlewood/Nancy Sinatra, Philippe Katerine/Helena Noguerra, Lou Reed/Nico, Federico Pellegrini/Angie Bowie voire Adam Green/Kimya Dawson. On peut donc dire que des bonnes fées se sont penchées sur le berceau de cet album idéal pour faire une bringue à tout casser… Il faudrait vraiment être Bête à manger du foin pour se passer d’un disque aussi rafraîchissant.

A lire également : un portrait de La Position du Tireur Couché en 20 chansons, la chronique de la première version de l'album de La Position, ainsi qu'un compte rendu de concert de LPDTC en décembre 2004...


www.laposition.tk
www.naive.fr


chronique publiée le 21/07/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire