21/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Sing-Sing and I

Sing-Sing
Aerial - juillet 2005

Le mouvement shoegazing pointe son nez en 1988, il doit tout à Lush. Malheureusement c'est probablement le lourd prix à payer en effleurant la gloire qui fauche tous les espoirs à venir... Lush ferme ses portes dans la douleur alors que Chris Acland met fin à ses démons, c'était le 17 octobre 1996.

C'est sur les cendres, encore tièdes, de ce split inattendu que Emma Anderson (qui co-signait une partie des compositions avec sa comparse Miki Berenyi) fonde Sing-Sing avec sa copine Lisa O'Neill (croisée au détour de Departure Lounge ou Locust). Les premiers soubresauts musicaux sortiront en octobre 1998 sur un EP Feels Like Summer signé par le Cocteau Twin Robin Guthrie qui vient d'ouvrir son label Bella Union.

Poptones signe Sing-Sing pour un album, The Joy of Sing-Sing paru en 2001, une déception cruelle, un complexe imposant : vivre avec le poids et le lourd passé chargé en émotion de Lush. Que faire ? Quelle direction prendre ? Album passable... concerts transparents. L'aventure se terminera-t-elle sur cet échec ?

Emma et Lisa sont têtues, elles se battent, prennent le temps... Trop de temps d'ailleurs... Les maisons de disques leurs tournent le dos... Sing-Sing se retrouve à la rue... comme au début. La rage, la hargne envahie alors les demoiselles qui décident d'autoproduire un nouveau maxi, Madame Sing-Sing, en 2004. Retour fracassant, sans jamais renier son passé, les guitares enveloppantes plannent doucement ou sont plus électriques. Ruby en sera le titre phare, le titre du retour. Un habile croisement de Goldfrapp, habillé de Curve et de Blondie. Efficace.

Le duo est remonté, elles veulent maintenant entrer en studio pour l'enregistrement d'un nouvel album ; faute de label et d'argent, c'est Emma et Lisa qui lancent un appel aux fans pour trouver la somme manquante et nécessaire.

11 juillet 2005 : Onze chansons illustrent Sing-Sing and I. Le disque sort sur le propre label du groupe, Aerial, et est vendu uniquement sur leur site internet (www.sing-sing.co.uk) ou à Londres chez Rough Trade (pour le moment).

Sur la bonne pente, Sing-Sing and I signe le retour en grâce des Londoniennes. L'album est toujours produit par Mark "Locust" Van Hoen et mixé par Ray O'Neill et Alan Moulder.

De Lover, l'un des titres les plus euphorisants, à A kind of Love, toute la panoplie musicale de Sing-Sing se déploie avec efficacité. Flirtant avec la douceur, les pistes électroniques et l'électricité au toucher féminin, le duo déclare avec splendeur et décadence son amour, sa passion envers la musique et ses inconditionnels. Enfin décomplexées, Emma et Lisa composent le plus bel hommage à Lush que l'on puisse faire, le cotonneux Going Out Tonight : voix au spleen idéal et guitare vaporeuse.

Composé à quatre mains, Sing-Sing and I est la surprise de cet été... Il reste maintenant à voir les Anglaises sur scène... et surtout que la distribution suive très vite dans l'hexagone. A vos chéquiers, PIAS et consorts, ça vaut le détour !


www.sing-sing.co.uk

chronique publiée le 04/08/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire