20/11/2019  |  5268 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/11/2019 à 15:31:33
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Weekends Away - EP

Math And Physics Club
Matinée Recordings - février 2005

Ce quintet, basé à Seattle (USA), sortait en début d'année son premier EP sur le célébrissime label spécialisé dans la musique pop-indé, Matinée Recordings. Le buzz pouvait monter tranquillement quand, soudain, une chronique dithyrambique parue sur Pitchfork (www.pitchforkmedia.com), écrite par la plume pertinente de Mark Hogan propulsait, plus rapidement, Math And Physics Club sur le devant d'une scène pop-indé devenue de plus en plus à la mode par delà les Océans.

Pour Math And Physics Club, 1+1 = 2, et la vie de couple, ici garçon/fille, se vit donc à deux. L'amour, l'amour, l'amour. Je ne vous cache pas qu'en signant sur Matinée Recordings on retrouve les mêmes ingrédients d'une musique pop-indé joliment nostalgique et mélancolique.
Charles Bert, le savant au songwriting limpide, tient la place de chanteur/guitariste adroit et maladroit à la fois. Enfin, uniquement en apparence. Il montre simplement que les garçons peuvent eux aussi être sensibles et romantiques. Il aime les promenades en amoureux, en voiture décapotable et pleine lune rêveuse.
Fans des Smiths, de Housemartins et bien sûr de l'éternel Sarah Records, vous ne serez que remplis d'émotion en écoutant ces mélodies pop parfaites.

Comment pourrait-on résister aux riffs de guitare catchy, aux refrains accrocheurs et à la douce dualité des titres Sixteen and pretty, When we get famous ou Weekends away et Love, again ? Quatre titres qui vous transportent dans un monde en rose et bleu.


www.mathandphysicsclub.com

chronique publiée le 29/09/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire