14/12/2019  |  5280 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2019 à 13:47:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Malucosbaba

Malucosbaba
autoproduit - 2005

Vu de l’extérieur, le Japon apparaît comme un îlot musical éclectique, à mi-chemin entre traditions et modernité exacerbée. Quel pays pourrait, en effet, faire cohabiter l’extravagance d’un Hoppy Kamiyama, la J-pop publicitaire, la pop délurée de Cornelius ou de Pizzicato Five, avec la fureur bruitiste d’Acid Mother Temple ? Cependant, cet éventail de courants n’est en réalité que bien superficiel aux dires de certains. En effet, la scène indépendante locale ne s’avère pas aussi aventureuse que l’on pourrait imaginer. Irréprochables techniquement, les groupes locaux manquent souvent du supplément d’âme qui fait toute la différence. Ce petit rien, qui, même s’il n’aboutit pas à quelque chose de parfait, permet d’emporter l’auditeur vers un ailleurs dépaysant. Qu’on se rassure tout de même, il existe bien, au pays du soleil levant, de doux rêveurs complètement barrés, comme le prouve ce petit disque autoproduit de Malucosbaba.

Profondément acoustique, ce disque est un recueil de compositions intimistes pop souvent libres de tous formats. La première chanson donne le ton, un mélodica surfant sur les larsens, un tambourin pour partie rythmique et une guitare acoustique. Sur cette trame bigarrée une voix chante/parle en japonais. Une voix grave, pas spécialement belle, mais très intéressante. Suivent dix-huit autres compositions instrumentales, parlées ou chantées. Dix-neuf chansons comme autant de notes sur un cahier intime imaginaire. Dix-neuf petits bouts de vies, petits bouts d’envie et autant de clins d’œil, comme la reprise incroyablement belle de Here Comes The Sun. Avec trois fois rien, une économie de moyens, l’artiste japonais nous emporte dans les pans de sa vie, où quelques mots en français s’échappent puis s’évaporent.

Loin d’être parfait, loin de constituer un grand bouleversement musical, le petit monde de Malucosbaba se suffit à lui-même et à l’auditeur, ravi d’avoir croisé un univers aussi aéré. Pour ne rien gâcher, le disque s’accompagne d’un beau digipack réalisé à la main, prolongeant un peu plus ce lien de complicité partagée.

Pour découvrir tout l'univers de Malucosbaba, il suffit de lui écrire: malucosbb@yahoo.co.jp


chronique publiée le 22/10/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire