07/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
In The Beginning / Classic Productions & Remixes '88-93

Joey Negro
Z Records - 2005

En 1988, alors que la vieille Europe succombe aux succédanés pop d’Aitken et Waterman, la vague House Music de Chicago est en passe de conquérir le vieux continent.
Dave Lee sera l’un des précurseurs de la House et de l’Acid-House en Angleterre ; il sortira l’un des tous premiers hymnes House made in Europe avec Forever Together des Raven Maize.
Cette vague de rythmes et de sueur fera des émules, Dave deviendra l’un des musicien Garage les plus en vue, à la fois pour ses mixes mais aussi sous ses productions et son nouveau nom d’artiste, Joey Negro.
Pour ceux qui ne le connaissaient pas encore sous cette identité, Joey (avec Sean P.) a sorti les mythiques compilations Disco Not Disco ; encyclopédies d’incunables proto-électro-disco où se côtoyaient Arthur Russell, Liquid Liquid, Yoko Ono, Ian Dury ou encore Steve Miller Band (eh oui !) sur un Macho City d’anthologie.
Il était temps de ressortir les bandes rendant hommage à l’extraordinaire travail de Joey pour promouvoir la Garage Music (pas celle des Sonics !) ; c’est-à-dire une réinterprétation de la House Music avec sa ligne de piano, son rythme Disco-Acid-House, ses claviers clinquants vintage années 80, ses violons et ses chœurs Soul, le tout mélangés avec l’esprit Northern Soul et l’érudition propre aux Anglais.
Déjà, à l’aube des années 90, des labels anglais comme Azuli Records avaient donné le ton avec un catalogue d’artistes Garage bien fourni.
Des bombes du Dance-floor, il y en a pléthore, de Reese Project (aka Kevin Saunderson) - Direct Me avec son piano 100% Garage, en passant par le groovy et hypnothique How Do You See Me Now d’Extortion illuminé par des synthés Acid-House du meilleur (quoique !) goût ; sans oublier ses productions sous son nom.
On retrouve le fameux Forever Together des Raven Maize, avec toujours ce fameux gimmick de clavier qui fait la marque de fabrique du Garage et l’impressionnant Do What You Feel, dont le break de début a été subtilisé par New Order pour Spooky. Comme quoi les vieux recyclent les nouveaux et inversement (la boucle est bouclée !...). 
Les deux disques de cette compilation sont en tout cas une belle aubaine pour (re)découvrir une époque où les substances amphétaminiques se mélangeaient aux ondulations du corps dans un déluge de bras levés et de sifflets extatiques.
Pour tous les nostalgiques de la déferlante Acid-House du Summer of love 1988, cette compilation est essentielle.


www.joeynegro.com
www.zrecords.ltd.uk

chronique publiée le 23/10/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire