20/11/2019  |  5268 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/11/2019 à 15:31:33
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Electronic Jacuzzi

Ghinzu
Atmosphériques / Universal - novembre 2005

Atmosphériques réédite aujourd’hui le très bon disque inaugural des Belges de Ghinzu, initialement paru en décembre 2000 et épuisé depuis belle lurette. Désormais superstars en France et dans leur pays d’origine, les cinq dangereux musiciens emperruqués – qui se prennent pour Darth Vador lors de leurs entrées scéniques – se devaient de faire connaître leurs premiers pas discographiques à leur grandissant cercle de fans. Electronic Jacuzzi – dont le tracklisting a été changé, « Pourquoi ? Parce que ! » précise le groupe dans les notes de pochette – contient déjà tout ce qui fait actuellement le succès de Ghinzu : des morceaux à rebondissements, tantôt émouvants, tantôt survoltés, et ce talent pour créer des ambiances fascinantes. Bien sûr, c’est un premier album qui renferme également quelques défauts, et c’est normal… La production est moins saisissante que sur Blow, un opus il est vrai produit de mains de maîtres par les mêmes personnes – mais plus expérimentées –, Christine Verschorren et les membres du furieux combo. Le chanteur tente également parfois d’imiter les tics de l’énervant Matthew Bellamy de Muse, et ce n’est pas du meilleur effet (même si cela reste très peu fréquent). Cela dit, Electronic Jacuzzi est un disque de fort belle facture composé de nombreux titres excellents ; il devrait ravir les heureux possesseurs de l’album Blow

A lire également, une interview de Ghinzu, une critique de l'album Blow, ainsi que des chroniques de concerts au Printemps de Bourges 2004, à la Coopérative de Mai, la même année, à l'Olympia, en juin 2005, et aux Eurockéennes de Belfort 2005.


www.ghinzu.com

chronique publiée le 25/11/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire