18/08/2019  |  5222 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/08/2019 à 16:02:00
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Where the fuck is Eddy Crampes?

Eddy Crampes
autoproduit - 2005

On l’a vu récemment donner un très bon concert, plein d’assurance, en première partie du charismatique Troy Von Balthazar sur la date toulousaine. Son premier album sous son nom confirme notre bonne impression. On qualifiera sa musique de folk à tendance intimiste. Intimiste par le fait d’une production avec les moyens du bord (son 4 pistes) qui donne à la musique d’Eddy Crampes une impression de mise à nu assez touchante et charmante. Folk, oui, mais aussi folklore car sa musique est imprégnée par ses rencontres, ses voyages : Light & octopusses et son côté flamenco. Ses nombreuses excursions dans les pays de l’Est ont donné inspiration à plusieurs chansons, dont une chantée en roumain d’après un poème d’Eminescu (Remui la mine). Son écriture pleine de cœur est parfois rugueuse (Liberame, Autumn song), parfois aérienne, emplie de rêves et de liberté (Warsaw). Le pape actuel de la scène folk lo-fi, Daniel Johnston, est repris à travers True Love will find you in the end. Mais 3 chansons se dégagent de cet ensemble : la poignante Sad Eyed Girl, January et son petit côté comédie musicale enjouée, et enfin la très western Song for lulu et sa rythmique qui rappelle le bruit de prisonniers enchaînés.
On suivra de très près la trajectoire de ce jeune artiste talentueux.


eddycrampes.free.fr
www.myspace.com/eddycrampes

chronique publiée le 28/11/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire