06/12/2019  |  5276 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 05/12/2019 à 10:23:34
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
First Comes First

The Paddingtons
Poptones - 2005

The Paddingtons ou la réponse tardive du punk britannique au punk californien… Je pense aux Sum 41 bien sûr et à toute la bassine de skate-punk de la fin des années 90. Rien à voir musicalement, mais la comparaison est forte. L’image punk portée ici est dépassée. Heureusement, les influences sont britanniques, l’interprétation aussi, donc les chansons de First Comes First apparaissent plus fines que dans le All Killer No Filler. On retrouve sur le premier album de ces cinq gars de Hull un cliché musical punk 77, le drapeau de l’Union Jack fièrement dressé.

Simples caricatures et jouets d’Hedi Slimane pour les uns, descendants des Clash pour les autres, ou mannequins de la presse musicale pour d’autres, ces jeunes musiciens sont conviés régulièrement à jouer aux divers anniversaires des Sex Pistols (ou plutôt ceux de Malcom McLaren...), sauteries où John Lydon et même Steve Jones sont les derniers sur la liste des invités ! Copains de jeux de The Cribs, The Others ou de Baby Shambles, ces teenage punk de vingt et un ans de moyenne d’âge se sont lancés par des concerts dans l’arène du Rythm Factory. Ensuite, tout s’enchaîne. Via Scarborough Steve (cinquième membre des Libertines), ils passent leur démo à Alan McGee.

Son label Poptones produira First Comes First. En mettant à nu cet album, on se demande si ce n’est pas une arnaque. Pourtant, tout n'est pas à jeter, loin de là, dans ce brûlot punk. Some Old Girl, première chanson du disque, est bloquée pendant trois minutes sur un accord des Buzzcocks. A la fois pop et punk, elle donne le tempo pour les suivantes. Panic Attack n’est pas mal, alternant riffs enragés à des passages bricolés mais tranchants : elle trouve sa place dans les charts. Dommage cependant que l’ensemble soit si monotone : la galette enflammera ma platine trois semaines, tout au plus.

L’Art Sharp a du bon. C’est énergique et frais. Mais en 2006 qui s’en souviendra ? Les Paddingtons, avec cette première livrée, n'ont vraiment pas de quoi devenir cultes !

Ils joueront au Triptyque, le 20 décembre, à Paris.


www.thepaddingtons.net
www.poptones.co.uk

chronique publiée le 13/12/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire