19/08/2019  |  5224 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/08/2019 à 16:59:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Acoustica / Alarm Will Sound performs Aphex Twin

Alarm Will Sound
Cantaloupe Music (Import) - 3 octobre 2005

La fin d’année nous réserve toujours quelques belles surprises musicales. Alors que l’on désespérait de mettre dans notre playlist annuelle un disque d’électronique, voici que déboule dans nos bacs Acoustica. Comme son nom l’indique, Acoustica est un projet un peu fou : celui de reprendre Aphex Twin en n’utilisant que des instruments acoustiques ! Si la démarche n’est pas la première du genre (on se souvient de la reprise jazz de Flim par le trio The Bad Plus), le projet est ici beaucoup plus élaboré et renversant. Chaque composition du disque a été dévolue à un compositeur ; à charge pour lui de réinterpréter librement une des compositions de l’artiste anglais.

Au final, treize compositions orchestrales viennent quelque peu bousculer les habitudes du genre sans pour autant les défigurer ; car, malgré l’utilisation de violons, ensemble à vents, batterie, percussions, Acoustica reste bel est bien un disque d’électronique dans l’esprit, et les morceaux présents ici n'ont rien à envier aux originaux. D’ailleurs, dès la première reprise de Cock/Ver 10 par Stefan Freund, on retrouve toute la folie d’Aphex Twin. Rythmique syncopée, grande rupture violonistique, ensemble à vent poussé jusqu’au bout. L’ensemble est, comme l’original, tout aussi déconstruit et tout aussi jouissif.
Il en va de même des reprises de Mt Saint Michel et de Omgyjya Switch 7, titres issus du double album Drukqs. Considéré, parfois à raison, comme un album fouillis et mal rythmé, Drukqs se relève ici sous ses plus beaux atours, dévoilant des mélodies jusqu’alors obscurcies sous de multiples couches rythmiques. Il en va de même pour les reprises issues du Richard D. James Album, qui sont ici portées à leur extrême sensibilité. Déjà très mélodiques et ludiques dans l’esprit, des compositions comme Logon Rock Witch ou Fingerbib y trouvent un supplément d’âme symphonique étonnant. Parfaitement menées, ces titres sont un ravissement sonore et un émerveillement continuel à chaque écoute.
Cependant, deux remixes de Dennis Desantis, parfaitement déplacés et en totale incohérence avec l’ensemble, viennent gâcher la fin du disque.
Malgré tout, Acoustica reste un excellent projet, jetant une passerelle entre musique classique et musique électronique. Indispensable pour tous les fans du compositeur anglais.


www.cantaloupemusic.com
www.drukqs.net
www.warprecords.com

chronique publiée le 13/12/2005


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire