18/02/2020  |  5307 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 17/02/2020 à 18:04:01
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Absolution

Muse
Taste / Naïve - 2003

Pour son troisième album, le trio anglais Muse semble cruellement manquer d’inspiration, avec un tel nom c’est un comble : sur Absolution, il ressort la formule (il est vrai gagnante en termes de ventes) du prog rock métallique. Sur chaque plage du disque, on a la désagréable impression d’avoir à subir un remake du précédent album, Origin of symetry. Le groupe, qui donne pourtant des concerts enflammés et survoltés, fait du surplace en studio, se prend trop au sérieux et se contente du minimum syndical de créativité. Seule nouveauté, le grand orchestre convié en grandes pompes n’y changera rien ; la simplicité et la sobriété ne font définitivement pas partie des habitudes de la maison…

L’auditeur interloqué se voit donc convié à une série de compositions grandiloquentes avec voix ultra criarde à la limite du supportable et ruptures de rythmes incessantes (chez Muse, on maîtrise ses instruments… et on le montre !). Le mélomane averti remarquera même quelques parties de piano honteusement subtilisées à notre Richard Clayderman national.

Tubes potentiels propices au défoulement, (Time is running out, Hysteria, Stockholm syndrome), slow poisseux avec cordes (Blackout), tous les ingrédients sont réunis pour plaire au public adolescent ; Matthew Bellamy peut être félicité pour ses qualités de compositeur fédérateur. Loin de pardonner tous les crimes commis au nom du rock pompier, on ne prononcera pas l'Absolution de Muse, bien au contraire…


www.muse-official.com/

chronique publiée le 18/09/2003


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire