21/07/2019  |  5211 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/07/2019 à 22:02:07
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Kaiser fucks the new french rock

V/A
Nova Express / Productions Spéciales - janvier 2006

Le Kaiser - alias Lucas Trouble, musicien et producteur au sein de son label Nova Express Records - n’est pas content contre les petits morveux qui se la jouent rock ‘n roll dès le lycée en pensant être les nouveaux Stooges ou Strokes… Et il le fait bruyamment savoir avec cette compile de morceaux inédits enregistrés dans son antre/studio en 2005, The Kaiser fucks the new french rock ; il a bien raison, même si on préfère voire les jeunes essayer d’être les nouveaux rois du guitare/basse/batterie plutôt que les prochains David Guetta, qui ne vaut vraiment rien. Le titre de l’album est un message personnel (moins doux que celui de Françoise Hardy) adressé aux rédactions des Inrockuptibles et de Rock ‘n Folk qui encensent des combos composés de leurs collaborateurs (bravo l’éthique), de leur progéniture, de leur famille, de leur amis ou tout simplement issus d’un coup de maison de disques financé à grands renforts de pages de pub.

Pour montrer son farouche mécontentement et ses intentions peu amènes à l’encontre de la nouvelle garde formatée, le Kaiser pose une hache à la main sur la pochette de ce copieux projet regroupant les enregistrements de huit groupes de rock français. A l’arrière plan, derrière le killer, les membres des furieux combos écumant sans relâche notre beau pays, plus une nounou du nom de Mimi Mathy ( ?!) Ach, l’humour du Kaiser ! Dans le livret, on peut se délecter des photos de jeunes hommes montrant complaisamment leurs séants (avec en dessous, le slogan « We love the kaiser »), d’une photo dudit Kaiser administrant une fessée déculottée à une jeune soubrette et autres facéties faisant partie de la stricte discipline de studio pour réaliser une compilation selon l’inquiétant maître des lieux. Si on ne comprend pas forcément toujours où ce monsieur veut en venir, l’essentiel est là : des groupes exaspérés donnant tout ce qu’ils ont dans les tripes, le temps de quelques morceaux composés par leurs soins ou leurs illustres prédécesseurs (Sonic Rendez-Vous Band, Stooges, Elvis Presley, Beast Of Bourbon… ).

Dès le début de ce disque de rock dangereusement excessif, The Holy Curse fait très bonne impression avec son punk ‘n roll tonitruant ; juste après Jerry Spider Gang effectue son traditionnel travail de sape avec ses titres en forme d’odes virulentes à la saturation ; le « massacre en règle » des tympans se poursuit avec les Ashtones, qui n’ont pas la moindre intention de faire dans la dentelle et le font savoir haut et fort ; peu après, Dimi Dero Inc. fait enflammer ses guitares acérées, les Cowboys From Outerspace font preuve de leur classe coutumière (il faut écouter leur dernier opus !), Flying Over envoie gravement le bois, The Waterguns y met le feu, et , enfin, Electric Karma dévoile de belles promesses…

La 100éme galette sortie des fourneaux incandescents de Nova Express Records est une sorte de CQFD, sauf qu’elle n’est pas uniquement faite pour gonfler les ventes d’un hebdomadaire vendu à la pub, qu’elle permet de présenter des groupes injustement ignorés pour les mauvaises raisons (trop vieux, trop peu sexy, trop méchants, trop bruyants, trop sales… ) et qu’il n’y aura pas de vainqueur désigné à l’avance pour être signé sur une major. Un CQFD honnête donc, il fallait y penser.


Sites internet : www.holycurse.net, jerryspidergang.free.fr, www.dimidero-inc.com, www.waterguns.com, www.chez.com/cowboysfromouterspace.


chronique publiée le 25/02/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire