21/09/2019  |  5232 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/09/2019 à 14:39:42
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Drowning in a sea of love

Nathan Fake
Border Community - mars 2006

Contemplative et éthérée, la musique électronique de Nathan Fake plane au-delà des strates terrestres. Les mélodies étirées, chaloupées ou suaves sont ici gravées comme nourritures célestes.
Du haut de ses 22 ans, Nathan Fake, originaire de Norfolk dans la campagne anglaise, réalise ici son plus beau rêve, un premier album en forme de conte musical muet, Drowning in a sea of love. Figure de proue d’une nouvelle musique post-rock électronica aux fantômes noisy-pop, il incarne un renouveau dynamique, créatif et d’une beauté rarement aperçue. Après s’être fait connaître fin 2003 avec un premier single, Outhouse, paru sur le label Border Community de l’excellent James Holden et quelques autres réalisations bluffantes, Nathan Fake devient coup sur coup emblème et porte drapeau d’une musique douce amère. La carrière de ce jeune prodige ne fait que commencer et les promesses devraient se concrétiser, notamment en live. Il est impossible de résister au charisme des titres suivants : Grandfathered, Charlie’s house, Superpositions, The sky was pink, Falmer ou bien encore Fell, qui clôt avec pudeur et contraste un album haut en couleurs et émotivité.

En concert au Nouveau Casino le 30 mars à minuit.


www.nathanfake.co.uk
www.bordercommunity.com

chronique publiée le 01/03/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire