20/05/2019  |  5192 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/05/2019 à 14:30:18
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Love On Depression Street

Clay Allison
Vicious Circle / Discograph - 27 février 2006

C’est rassurant, on peut trouver l’amour, même si l’on déambule depuis un certain temps déjà sur la route de la dépression. C’est en tout cas ce que prétend le titre du premier album des Suédois de Clay Allison, Love on depression street... C’est le genre de disque qui, couplé avec l’arrivée bienvenue du printemps, donne envie de faire des rencontres et - pourquoi pas ? - de tomber amoureux pour le restant de ses jours. On peut rêver non ? Ce qui est sûr, c’est qu’en écoutant les morceaux de pop légère, classe et joliment produite (cordes, cuivres etc.) de Clay Allison, on a très envie de laisser divaguer ses pensées vers des possibles impatiemment attendus. Car ces six jeunes gens ayant formé leur groupe en 2001 savent écrire des chansons captivantes aux allures de classiques tubesques ; on pense aux mythiques Smiths et à l’excellent groupe Sophia, lui aussi très fan de la pop made in Manchester by Morrissey et Johnny Marr. La voix superbe de Viktor Sandberg est l’ultime touche qui rend irrésistibles les morceaux de Clay Allison : gorgée de soul, teintée de mélancolie, traversée par une pointe d’ironie, elle survole les débats avec un talent rare. Et l’on se dit qu’il doit être fort agréable de rencontrer l’âme soeur en écoutant ce superbe disque qu’est Love on depression street

Sites Internet : www.viciouscircle.fr (titres en écoute), www.clayallison.net.


chronique publiée le 21/03/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire