15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Saint-Germain-des-Prés Revisité

V/A
Virgin Music - mars 2006

Décidément, en ce début de printemps, la culture française est particulièrement mise à l’honneur dans l'univers de la musique. Après l’hommage rendu à Serge Gainsbourg par la scène anglo-saxonne, voici qu’apparaît dans les bacs un Saint-Germain-des-Prés Revisité, une compilation rendant hommage à ce quartier de Paris qui fut un temps le haut lieu des discussions philosophiques, des zazous et de la musique jazz.

Composé d’un DVD et d’un CD de reprises, Saint-Germain-des-Prés Revisité entremêle chansons parisiennes (Les Joyeux Bouchers) et reprises jazz (Summertime) dans un tracklisting fort éclectique. Pêle-mêle, on retrouve Jacky Terrasson qui croise Brigitte Fontaine ou Elli Medeiros, ou encore le duo Iggy Pop/Françoise Hardy à côté de Dee Dee Bridgewater. Soit un grand écart de noms et de styles musicaux qui s’avère au fil des écoutes assez improbable. Le choix des reprises n’est pas, lui non plus, franchement heureux : même si l’on retrouve de belles surprises, comme Jolie Môme interprétée par Sandrine Kiberlain (admirable ici) ou le music-hall survitaminé de Camille sur Paris Paris, on regrette en revanche les autres compositions, trop sophistiquées et policées, quant on ne bascule pas dans le n’importe quoi, comme cette version de God Bless The Child par Princess Erika ( !!!), à des années lumière de celle de Billie Holiday. C’est d’ailleurs là que le bât blesse : on navigue sans cesse entre le bon et le décevant souvent, sans qu'il n'y ait véritablement de lien entre les chansons, qui plus est de différentes époques.
Cette désorientation sensorielle, on la retrouve aussi sur le DVD, constitué de plusieurs petits tableaux détaillant soit une figure du jazz, soit un personnage littéraire ou tout simplement le quartier lui-même. Mais là encore tout passe assez vite, les séquences, composées pour beaucoup d’images d’archives, ne durent pas plus de cinq minutes, nous empêchant d’apprécier pleinement ce quartier comme les grands noms qui l’ont côtoyé (Duke Ellington, Sidney Bechet, Dizzy Gillespie...).

Entre un CD trop souvent statique (à l’inverse du quartier toujours réputé étudiant et vivant) et un DVD assez sommaire, Saint-Germain-des-Prés Revisité ne s’avère pas franchement enthousiasmant malgré deux ou trois bonnes reprises. Dommage…


chronique publiée le 26/03/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire