06/12/2019  |  5276 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 05/12/2019 à 10:23:34
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
#1

Fischerspooner
Capitol / EMI - 2003

Déjà sorti en 2001 sur International Deejay Gigolo, l’excellent label de DJ Hell, #1 bénéficie cette fois grâce à Capitol d’une distribution mondiale. Est-ce la preuve d’une hype démesurée ou d’un réel besoin de reconnaissance pour le duo new-yorkais ?

Les deux, assurément, puisque Emerge, grâce aux DJs de tout bord, est passé de tube underground à hit crossover, de surcroît clippé sur MTV. Quant à Warren Fischer & Casey Spooner, ils ne se cachent pas de vouloir conquérir la terre entière, avec leur amalgame de punk attitude et de machines vintage...

Si The 15th et L.A. Song, proches des productions Rephlex, ne souffrent d’aucune faute de goût, Emerge s’étant déjà taillé le succès que l’on connaît, le reste des morceaux de cet album sobrement intitulé #1 pêche par excès et naïveté. Là où Ladytron et Miss Kittin séduisent par leur désinvolture, Fischerspooner finit par agacer. De détestables envolées trance confortant ce qui pourrait être le plus gros clash de l’électro.

Tout n’est pas mauvais, loin s’en faut, le single Emerge permettant, à lui seul, de réunir sur un même dancefloor amateurs de techno et de rock. Mais les influences arty du groupe sentent quelque peu le formol, prouvant que Malcolm McLaren et Andy Warhol ont fait des petits… Un feu de paille qui devrait vite tomber dans les oubliettes, au vu du manque de consistance de ce premier long format.


www.fischerspooner.com


chronique publiée le 23/03/2003


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire