25/01/2020  |  5295 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 24/01/2020 à 09:56:16
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Living Water

Dwight Trible
Ninja Tune - 2006

Dwight Trible, chanteur dans les années 60-70, dans l’ombre de légendes du jazz comme Charles Lloyd, Bobby Hutcherson ou Pharaoh Sanders, n’a pas eu la reconnaissance escomptée. À l’heure où le jazz vocal est à la mode, espérons que cette réédition, par Ninja Tune, de cet album sorti uniquement aux Etats-Unis (en 1994) mettra un peu plus de lumière sur cet énorme talent et sur cette époque de l’histoire du jazz. Cependant, ce disque ne plaira pas qu’aux amateurs du genre, mais aussi aux passionnés de musiques noires en général. Les auditeurs de Terry Callier, Marvin Gaye, Gill Scott-Heron ne seront pas perdus dans cet univers. Ceux d’Andy Bey non plus, puisqu’il reprend la superbe Celestial Blues de ce dernier.
La voix puissante et grave de Dwight Trible donne à l’ensemble de l’album force et sérénité. Entouré d’excellents musiciens, il reprend par 2 fois John Coltrane, puis un morceau de Bill Lee se nommant John Coltrane. Sûrement inspiré par le mysticisme de ce musicien, il chante magnifiquement le morceau Ishmael (Abdhullah Ibrahim) avec des vocaux planants pas loin des incantations d’un Nusrat Fateh Ali Khan. Peace cloture l’album de façon élégiaque. Une sensation d’apaisement et d’amour traverse notre corps et notre esprit.


www.dwighttrible.com
www.ninjatune.net

chronique publiée le 29/06/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire