22/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Last of the Rock Stars

Ronnie Spector
Music Coalition - 2006

Un cafard monstre. Voilà ce que l'on ressent dès que Ronnie Spector commence à entonner de sa voix très légèrement rocailleuse de fumeuse invétérée Never gonna be your baby, tout en feuilletant le dense livret qui accompagne son nouvel album, The Last of the Rock Stars.
La voir posant en compagnie de Joey Ramone (souriant - ce qui fut rare), John Lennon (affublé encore et toujours de la sangsue Yoko Ono), Bruce Springsteen (quand il ressemblait un peu au Ché), Bo Diddley (encore "mince" à l'époque) ou Patti Smith (photogénique même quand elle parait triste) -pour ne citer qu'eux- file le bourdon comme jamais. On a l'irrésistible sensation de parcourir à la fois une encyclopédie universelle du rock et le journal (très) intime de Ronnie, "la suvivante". Tout en devient savoureux et précieux : l'observer se faire mettre une main aux fesses par un Rolling Stone, pédaler sur son premier tricycle alors qu'elle doit avoir 3 ans ou encore constater l'évolution de sa coupe de cheveux au fil des décennies...
Elle semble avoir traversé les années 60 et 70 à la vitesse de la lumière avec ses Ronettes (et leurs grands tubes Be my baby et Baby I love you) et surtout en compagnie de Phil Spector. Ce dernier, épris de violon(s) et peu avare en facéties, connaîtra une descente aux enfers vertigineuse -il est emprisonné et accusé de meurtre- et soignera, par la même occasion, sa légende !
Epaulée non seulement par Nick Zinner des Yeah Yeah Yeahs, les Greenhornes, les Raveonettes -rien que cela ! - et les Uptown Horns, mais aussi par Keith Richards et Patti Smith, Ronnie a peaufiné ce nouvel album depuis... des années (voire des décennies). Se réappropriant, par exemple, à merveille There is an end des Greenhornes (air récurrent du film Broken Flowers), ou encore Ode to LA des Raveonettes, Ronnie parvient à nous leurrer ! On croirait ces morceaux sublimes exhumés des sixties.
Comment qualifier The Last of the Rock Stars en 2006 ? OVNI dans la production actuelle ? Monument du rock ? Pièce rare et manquante d'un puzzle inachevé depuis des lustres ?
Chacun appréciera en fonction de son lien réel avec la musique et sa passion pour le rock.
L'annulation de sa date française, à la Maroquinerie à Paris en juillet dernier, laisse augurer une séance de rattrapage encore plus intense prochainement...


www.ronniespector.com

chronique publiée le 25/07/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire