10/12/2019  |  5278 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 09/12/2019 à 12:40:34
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Return of Dr. Octagon

Dr. Octagon
Warm Records - 2006

Alors que l'on croyait son cabinet définitivement fermé, voici que Kool Keith aka Dr. Octagon reprend du service et nous délivre en cette période estivale une nouvelle ordonnance sous forme d'un second album. Pour les plus jeunes d'entre vous et pour ceux qui l'avaient un peu oublié (logique en dix ans d'absence...), Dr. Octagon est surtout connu pour avoir commis l'une des opérations musicales les plus inventives des années 90'. Alors qu'à cette époque là, le hip-hop américain était déjà gangrené par le money business, Dr Octagon, suivit de près par son assistant Dan The Automator, mit au point une mixture délirante à base de hip-hop mal léché et de pop délurée, le tout labellisé par Mo'Wax, célèbre marque de James Lavelle aujourd'hui disparue.

Dix ans après, ce premier album s'avère toujours efficace, d'où une certaine surprise à l'écoute de son successeur : The Return of Dr. Octagon s'avère en effet ouvertement aguicheur et outrancier, délaissant les liposuccions du hip-hop des débuts pour faire place aux hormones bodybuildées façon R'n'B. Bombe dopante sur-vitaminée pour dancefloor, l'album ne fait pas dans la dentelle, prônant un gros son superbement produit et parfaitement soutenu par les guests présents (Dj Dexter et Princess Superstar). Parmi les titres-phrare, on ne saurait passer à côté d'A Gorilla Driving A Pick-up Truck pour son clin d’oeil appuyé à Dan The Automator et à Perfect Worldpour ses singuliers scratchs nourris aux infrabasses.

Au final, pour tous les amoureux du premier album, la greffe de ce nouvel opus risque fort de s'avérer légèrement indigeste. Pour les autres, The Return of Dr. Octagon reste tout de même un disque incroyablement dense et cohérent, parfait pour la revitalisation de vos membres inférieurs.


www.koolkeith.co.uk
www.warm.fr

chronique publiée le 07/08/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire