25/01/2020  |  5295 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 24/01/2020 à 09:56:16
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Yours to Keep

Albert Hammond Jr.
Rough Trade - octobre 2006

Il y a des actes d'achat (ou de téléchargement) qu'on fait un peu comme ça au hasard, sans trop y croire. L'arrivée du premier album d'Albert Hammond Jr. dans ma discothèque (ou mon iTunes) se classait assez largement dans cette catégorie.

Je m'attendais à une resucée molle des Strokes, une sortie de route que la maison de disque ferait vite disparaître de la bio officielle. D'autant qu'Albert avait fait monter la sauce, annonçant le désastre : "J'ai proposé mes chansons au groupe une fois ou deux et ils les ont refusées". Il annonçait ensuite que ces chansons maudites, il en ferait un album. Et oubliait de préciser que les seules pré-commandes étaient celles de sa copine et de sa mère.

Et pourtant. Et pourtant. Ce disque solo intitulé Yours to Keep est une réussite. Pas mal de chansons, comme In Transit, sonnent comme des appendices au premier album des Strokes, le regretté Is This It : guitare vintage et dandysme las. Ca fait plaisir après le récent First Impressions of Earth, compilation mi-figue, mi-raisin de singles formatés pour MTV 2.

Autre bonne surprise, les chansons qui s'éloignent (un peu) du dogme strokien sont elles aussi de bonne facture, à l'image de Bright Young Thing. Visiblement, Albert Hammond Jr. n'a pas négligé la vaguelette indie qui a déferlé sur MySpace et Manhattan. Le temps de quelques échappées, il prouve qu'il a lui aussi écouté Sufjan Stevens et les Flaming Lips. Et pour s'acheter une crédibilité, il a même délaissé les culs pour les paysages contemplatifs. So indie.


www.myspace.com/alberthammondjr
www.roughtraderecords.com

chronique publiée le 29/10/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire