27/01/2020  |  5295 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 24/01/2020 à 09:56:16
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Giant

Herman Düne
Source etc. / EMI - 16 octobre 2006

Ensoleillé, léger comme l’air, délicatement nostalgique, joliment contrasté, le premier album d’Herman Düne sur une major est un petit bijou de folk/pop sixties mâtiné de soul/jazz. Si les conditions d’enregistrement ont permis de passer plus de temps en studio pour peaufiner les arrangements (chœurs féminins, percussions, section de cuivres, saxophone alto, marimba… ), on retrouve sur Giant ce qui nous avait plu il y a quelque temps déjà chez ce groupe aussi doué qu’insaisissable : le songwriting poignant et les voix émouvantes de David-Ivar et André Herman Düne. Malgré cette continuité dans la qualité de l’écriture et des parties vocales, il y a une nette rupture par rapport au disque précédent ; le son est moins lo-fi, roots et rock que sur l’excellent Not on top. Alors qu’on pensait souvent au Velvet Underground, à Neil Young, Leonard Cohen et Dylan sur le dernier album et sur la tournée avec Julie Doiron à la basse, sur Giant, on a la délicieuse impression d’écouter (en plus des quatre artistes cités plus haut), Jonathan Richman, les Mountain Goats, Calexico (pour les trompettes mariachi), Harry Nilsson, Fred Neil et les Ronettes de Phil Spector (pour les voix féminines de Lisa Li-Lund et des Baby Skins) en train de jouer ensemble. Certains titres - ceux de David-Ivar - sont enlevés et donnent envie de batifoler sur une plage en été, d’autres - ceux composés par André - sont plus lancinants, mélancoliques et insidieux. L’auditeur navigue entre ces deux atmosphères - en fait pas si éloignées que ça l’un de l’autre -, qui au final forment l’univers d’Herman Düne. Une sorte de paradis musical période 60/70 où l’on aimerait passer un sacré bout de temps, voire la vie entière...

A lire également : une interview de David-Ivar Herman Düne (réalisée en novembre 2006), une interview d'Herman Düne & Julie Doiron (datant de novembre 2005), des chroniques des concerts à Clermont-Ferrand en 2005, aux Eurockéennes 2004, à l'EMB et au Nouveau Casino 2004, au festival MOFO 4, au Point Ephémère 2005 et au Printemps de Bourges 2005, ainsi que les critiques des disques Mas Cambios, Switzerland heritage, Not on top et Goodnight nobody.

Sites Internet : www.hermandune.com, www.myspace.com/davidivarhermandunesyaya, www.source-etc.com.


chronique publiée le 30/10/2006


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire