28/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Woke myself up

Julie Doiron
Jajaguwar / Differ-ant - janvier 2007

Toujours aussi lunaire et passionnée par sa musique, Julie Doiron poursuit son petit bonhomme de chemin, loin de la branchitude, du battage médiatique et des artistes préfabriqués… La Canadienne – qui vit retirée au fin fond de la campagne avec sa famille – joue de la guitare et chante parce que c’est un besoin vital pour elle, comme respirer, manger, être aimé. Cela se sent dans l’émotion qu’elle arrive à faire passer dans ses morceaux, entre folk rugueux, pop authentique et rock à guitares légèrement bruitistes. Sur son nouvel opus enregistré dans l’Otario avec son ex acolyte dans le groupe Eric’s Trip, Rick White, à la production et à la guitare/basse/batterie, Miss Doiron se la joue un petit peu plus rock ‘n roll que sur son précédent disque réalisé avec Herman Düne. Et cela va bien à ses chansons, ces guitares furieuses (mais pas bavardes), qui de temps à autres encerclent la douce voix de Julie, sorte de Cat Power canadienne tombée amoureuse de son compatriote Neil Young (avec Crazy Horse). Que les fans de la folk music mélancolique et aérienne de Julie Doiron se rassurent, ce très bel album regorge également de titres poignants dans cette veine. Woke myself up permet donc de passer un délicieux et contrasté moment avec un songwriter (au féminin) aussi sobre que doué.

A lire également, une chronique de concert de Julie Doiron et une interview d'Herman Düne & Julie Doiron réalisée en novembre 2005.

Sites Internet : www.juliedoiron.com, www.myspace.com/juliedoiron, www.differ-ant.fr.


chronique publiée le 26/01/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire