15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Low road

Okay
Ruminance - 2006

Ruminance, excellent label nantais, nous propose, après les Chevreuil, L'Ocelle Mare et autres splendeurs "maison", l'album de Okay. Et ma foi, force est de constaer que la qualité est une fois de plus au rendez-vous sur cet album atypique, oeuvre d'une seule et même personne.

En effet Marty Anderson, ancien membre du groupe Dilute, a dû stopper court ce projet, souffrant d'une maladie rare l'obligeant à rester cloîtré chez lui, et s'est consacré à ce projet lo-fi de toute beauté.
La voix tout d'abord, cassée, presque larmoyante, émeut et émerveille au plus haut point, parfaitement soutenue par cette trame lo-fi doucereuse et paresseuse, agrémentée de petits bruitages qui en accroissent le mystère et en exacerbent la troublante beauté.
Marty met en musique sa vie et les maux (mots) qui y sont liés, et de cet "exorcisme" naît une époustouflante collection de chansons. Onze au total, introduites par le paisible Bloody, court et charmeur. A ce titre déjà allêchant succèdent dix merveilles, dix pépites de pureté et d'émotion, à commencer par l'entraînant Now, qui parvient facilement à se hisser au niveau d'un Pavement, ou encore d'un Guided By Voices. Sa simplicité, sa sincérité, son évidence en font un standard du genre, et la suite ne me fera pas mentir, tant les neuf morceaux suivants se montrent eux aussi d'un niveau renversant.
Holy war qui arrive ensuite , lent et orné de sons majestueux, puis We, plus délibérément rock, confirment cette impression et enfoncent le clou, suivi par un Devil sautillant et toujours doté de cette voix singulière qui, ajoutée à cette musique magique et envoûtante, transforme les morceaux proposés ici en tubes quasi immédiats.

On pense aussi à Grandaddy pour ce sens de la mélodie, ce côté délicieusement ancien, et on continue à succomber à l'écoute par exemple de Replace, que ses claviers, sa mélodie et ses guitares délicates mènent vers les sommets, de même que son penchant...rétro, justement.
Et comme la suite est du même niveau, et mériterait amplement une description s'arrêtant à chaque titre et en décortiquant minutieusement le contenu, on ne peut que s'inciliner devant tant de beauté, de savoir-faire, et se dire que pour Marty comme pour nous, auditeurs comblés, cette musique est le plus beau et le plus efficace des remèdes à la douleur. Splendide.


www.myspace.com/okaytheband
www.myspace.com/ruminance

chronique publiée le 19/02/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire