16/06/2019  |  5204 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 12/06/2019 à 15:01:49
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
23

Blonde Redhead
4ad - Beggars - avril 2007

Encore dix petits chefs d’oeuvre propices au décollage vers le pays de la pop stellaire pour Blonde Redhead... Dans la même veine que son précédent disque, Misery is a butterfly, le trio New Yorkais revient avec un album truffé de comptines féeriques composées de mains de maître, superbement arrangées et magnifiquement interprétées… Avec 23, Simone Pace, Amedeo Pace et Kazu Makino atteignent une sorte de plénitude artistique, qui se ressent pleinement dans la qualité générale du disque, positivement excellente… Blonde Redhead réussit à cristalliser dans son univers les influences de nombreux autres artistes, pour en faire quelque chose de personnel et intéressant. Pèle mêle, l’auditeur retrouvera des bribes – magistralement intégrées aux compositions originales – des Beatles psychédéliques de Sergent Pepper, des guitares hallucinnées de My Bloody Valentine, des voix masculines sur le fil du rasoir et des paysages musicaux panoramiques des Mercury Rev/Flaming Lips, des claviers d’Angelo Badalamenti chez David Lynch et de la voix d’ange déchu de Julee Cruise, une des égéries du cinéaste… Admirablement soutenue par les frères Pace (au chant aérien, aux guitares planantes et à la batterie sèchement discrète), la troublante et mystérieuse Kazu Makino (voix délicate, basse, guitare) évolue en apesanteur, donnant des airs évanescents et oniriques à la space pop de Blonde Redhead. L’écoute en boucle de cet album addictif et ennivrant s’impose d’elle même…

A lire également, la chronique du concert de Blonde Redhead à la Coopérative de Mai, en juin 2005.

Sites Internet : www.blonde-redhead.com, www.myspace.com/officialblonderedhead, http://www.4ad.com/.


chronique publiée le 21/03/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire