14/12/2019  |  5280 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 11/12/2019 à 13:47:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Adventures of Ghosthorse and Stillbor

CocoRosie
Touch & Go Records - avril 2007

Dans La Maison de mon Rêve, CocoRosie avait entassé son passé, ses souvenirs enfantins, ses jouets, des bruits de toutes sortes, deux voix haut perchées, une guitare sèche cotonneuse et une harpe mélodieuse. Un vrai fourre-tout original, un peu bancal, dans lequel on entrait à pas feutrés, découvrant à chaque écoute de nouveaux recoins, de nouvelles pièces. Avec ce troisième album, CocoRosie fait peau neuve et réaménage, avec goût, son intérieur musical tout en gardant ses attraits si charmants.

Avec The Adventures of Ghosthorse and Stillbor, c’est donc un nouvel environnement sonore qui s'ouvre à nos oreilles, à la fois différent et identique. Mélangeant avec élégance références d’antan (comme les samples de jouets) et nouveaux arrivants (la pop, l’electro, le hip-hop), les sœurs Casady composent ici des chansons plus éclairées et éclatantes (Japan) ; prenant quelques distances avec leurs précédents albums. Il en va de même pour la couleur folk des premiers jours qui prend ici de joyeux reflets pop soulignés par un hip-hop flamboyant mais pas tape-à-l'oeil (Rainbowarriors). Outre les nouvelles couleurs musicales, CocoRosie évoque aussi, dans The Adventures of Ghosthorse and Stillborn, la divergence entre ses deux créatrices. Si auparavant l'univers du groupe faisait penser à un petit loft où les deux soeurs entremêlaient leurs voix, ce troisième opus ose la séparation. Bianca s'oriente vers des compositions pop avec un phrasé plus direct, plus parlé que chanté, plus urbain (Promise), tandis que sa soeur Sierra s'épanouit, elle, dans un lyrisme feutré et baroque où sa voix prend des hauteurs rarement atteintes (Houses). Même si l'on apprécie grandement chacune des compostions autarciques des soeurs, l'absence de chambre commune déstabilise quelque peu, nuisant à l'homogénéité de l'album.

Pour autant, The Adventures of Ghosthorse and Stillborn n'en reste pas moins surprenant, prouvant à ceux qui en doutaient que CocoRosie sait se renouveler tout en laissant, ici et là, quelques traces de ce passé que l'on a tant aimé.


www.tgrec.com
www.cocorosieland.com

chronique publiée le 12/04/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire