29/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Dressed Up For The Letdown

Richard Swift
Secretly Canadian - 2007

On se rattache souvent à ces histoires d’outsider, ours misanthrope, condamnés à être les contemporains des Kasabian, livreur de spleen et de mélodies surannées à une clique d’âmes torturées pour pas cher (je m’y incorpore sans honte). Avec son troisième album, Dressed Up For The Letdown, Richard Swift relève l’écueil du songwriter solitaire : à savoir la chanson intègre mais fauchée qui finira par devenir chiante avec le temps. Dans l’idiome giscardien on dirait que le garçon relève le défi de l’ambition dans la modestie. L’ambition d’un héros ordinaire capable de trousser une grande chanson à l’aide d’un piano, d’une voix, d’une humanité.

Dans le chanson Dressed Up For The Letdown, une phrase dit “The right songs for the wrong crowd” : je ne sais pas où elle veut en venir, mais j’ai envie de la répéter. Elle me capte, comme la musique qui lui tient la main. Un chant drapé dans la brume, des claquettes sur le parquet d’un saloon et le spleen toujours un peu. Richard Swift doit avoir 29 ans, mais je ne sais pas à quelle époque il les a soufflés. Parfois, on croirait entendre un Elliott Smith apaisé, ne cherchant plus le monopole du cœur poignardé.


www.myspace.com/richardswift
www.richardswift.us

chronique publiée le 30/05/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire