17/09/2019  |  5230 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 17/09/2019 à 13:41:23
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Michel Foucault EP

(Please) don't blame Mexico
autoproduit - 2007

Derrière cette supplique (à Luis Mariano, au sous-commandant Marcos) se cache Maxime Chamoux, déjà aperçu dans Toy Flight et chroniqueur acéré pour l’excellent et regretté Newcomer - bientôt de retour sous l’étendard Voxpop, enfin une bonne nouvelle. On se dit en découvrant ce deuxième EP que Maxime a du écouter beaucoup de pop anglaise, et de la bonne. Celle qui porte la veste en velours rouge de Ray Davies, celle qui se souvient des Aztec Camera et a même des grandes références américaines allant de Left Banke à Pavement. A Paris, au milieu de l’ordinaire rock bas du front, Maxime oppose bravement un clavier aérien aux guitares monolithiques, comme un serveur/volleyeur perdu au milieu des laboureurs hispaniques. Et peu importe s’il se fait trouer en retour, l’important c’est le style. Avec le bonheur des autodidactes, ses chansons sortent sans l’air d’y toucher, elles savent qu’elles ont la classe, pas la peine d’en rajouter. Les quatre morceaux de Michel Foucault confirment tout le bien que l’on pensait du premier EP First Aid. Dans le cadre d’une simple chanson pop, les idées se bousculent, ce n’est pas parce que tout a été inventé qu’il ne faut pas essayer. (Please) don’t blame Mexico croit à sa petite révolution, sa pop est légère, elle procure un certain sentiment d’allégresse. Elle se définit elle-même comme pop véranda, ça lui va plutôt bien.


www.myspace.com/pleasedontblamemexico

chronique publiée le 28/06/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire