06/12/2019  |  5276 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 05/12/2019 à 10:23:34
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Oulipo Saliva

Angil & The Hiddentracks
We Are Unique Records - 2007

Mes oreilles avaient très fortement adhéré au premier long format d’Angil & The Hiddentracks, Teaser for:matter. Je suis un peu plus réservé sur sa deuxième sortie chez We Are Unique Records. Angil s’y avance courageusement à la manière d’un funambule. Un funambule qui, de plus, n’emmène pas tout son matériel : interdiction d’utiliser la note Mi et sa lettre correspondante dans l’alphabet, le E dans les textes. À tout moment, il risque la chute. Les morceaux sont parfois bancals. On se demande où la mélodie nous entraîne. L’impression que Mickaël Mottet n’a pas encore digéré ses influences les plus récentes (en comparaison avec la folk et la pop), le jazz et le hip-hop. Mais au moins il essaye de se les approprier.
Toutefois, Angil est classé hors catégorie sur le paysage de la musique française. Son flow de « rapper » blanc est très bon. À l’écouter, on jurerait que ce gars ne vient pas de Saint-Étienne (du 4-2).
Sur Oulipo Saliva, Angil traverse certains cols sans aucune difficulté : la jazzy et très classieuse Narrow Mind, You Most (Third Part) qui fait rencontrer Mingus et le rock arty, la poignante Kids, la douceur de la voix de Brigitte Vautrin sur Lift trip to mars accompagnée d’un piano à la sonorité sortie de l’époque de Fats Waller.
Ce disque est donc une étape qui devrait emmener notre bonhomme vers des sommets encore jamais atteints. Son énorme concert donné récemment à la Chapelle (Toulouse) vient de le démontrer. Allez Angil !

À noter : à l’intérieur du livret, chaque chanson est excellemment illustrée par Guillaume Long.


www.angil.org
www.myspace.com/angilandthehiddentracks
www.uniquerecords.org

chronique publiée le 06/07/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire