21/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Woke on a whaleheart

Bill Callahan
Drag City - Discograph - Avril 2007

Nouveau départ sous son propre nom pour Bill Callahan, l’homme qui se cachait il y a peu encore sous le nom de Smog pour faire paraître des merveilles de pop velvetienne sombre et classieuse. L’objet du « délit » s’intitule Woke on a whaleheart et comblera d’aise les fans du monsieur ; car on retrouve sur les neufs superbes titres la voix grave et marquante de Mr Callahan (entre Lou Reed et Johnny Cash), ses compositions authentiques, mais également des musiciens impeccables, une production limpide (co-signée par Neil Michael Hagerty, ex Royal Trux) et quelques surprises... Footprints, qui démarre en fanfare comme un morceau d’Arcade Fire (avec violon et voix féminine) et Diamond Dancer sont en effet des morceaux plus enlevés et moins tourmentés que les traditionnelles productions de Smog. D'ailleurs, sur de nombreux titres de l’album, le violon d’Elizabeth Warren et les chœurs de Dean Pugh-Flemmings donnent de la légèreté au propos, ce qui met parfaitement en valeur les qualités habituelles de Bill Callahan. Des qualités sui se suffisent toutefois à elles-mêmes, comme sur la magnifique Sycamore, où une guitare sèche cristalline suffit à envelopper le chant, aussi impressionnant que troublant. Woke on a whaleheart est donc plus que rassurant sur l’état de forme de Bill Callahan, qui semble vraiment loin d’avoir dit son dernier mot !

A lire également, la chronique d'un concert de Smog.


www.dragcity.com


chronique publiée le 13/07/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire