29/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Xenakis [a]live !

Reinhold Friedl & Zeitkratzer
Asphodel Redords - 4 septembre 2007

Décidément, en ce début de rentrée musicale, le label américain Asphodel nous gratifie de deux sorties fortement surprenantes. Après la nouvelle version accoustique de Metal Machine Music composé par Lou Reed, l'ensemble allemand Zeitkratzer (littéralement "Eraflures du Temps") poursuit ses hommages et sort simultanément le bien nommé Xenakis [a]live !.

Impulsé par le pianiste de l'ensemble, Reinhold Friedl, Xenakis [a]live ! n'est pas une transcription spécifique d'une des oeuvres du compositeur grecque Iannis Xenakis (1922-2001) mais un travail de réflexion et de fond sur l'approche de la musique électroacoustique par la musique classique, sur la passation entre sonorités électroniques et instruments classiques tout en s'appuyant sur les différents travaux de l'artiste grecque
Cela donne une oeuvre de cinquante minutes intense, bruitiste et vertigineuse qui nous accueille dès les premières secondes par un déluge de sonorités supra aiguës proches du larsen. Une entrée en scène brutale et radicale qui après quelques minutes délaisse ces sonorités stridentes au profit d'une masse musicale dense, compacte et intransigeante. A tel point qu'il nous est impossible, tout au long du disque, de distinguer les dix instruments joués par l'ensemble : Violon, alto, violoncelle, contrebasse, saxophone soprano et ténor, trompette, tuba, piano, accordéon, percussion
En parallèle de la plage audio, l'édition de Xenakis [a]live ! offre également une plage vidéo composée par Lillevan également inspirée des compositions mathématiques de Xenakis. Par un jeu de couleurs ocre, or et boisé, la composition visuelle (et forcément abstraite) de Lillevan s'applique à mettre en valeur les différentes couches sonores que joue l'ensemble allemand par différentes variations qui ressemble à s'y méprendre à des algorithmes vivants et intrigants.

Le seul reproche du disque, contrairement à celui de Metal Music Machine, c'est de n'apporter aucun visuel de l'ensemble joué ce qui déstabilise profondément l'auditeur. A aucun moment nous n'arrivons à faire le lien entre les notes perçues et l'imaginaire sonore des instruments en action. Etant incapable de faire ce lien, certaines écoutes du disque s'en retrouvent tronquées, trop confrontées à un amas de sons et de bruits indissociables. Un bémol qui ne doit, pour autant, pas dissiper l'extraordinaire travail de l'ensemble Zeitkratzer capable de jouer acoustiquement des sonorités initialement générées électroniquement. Xenakis [a]live ! est donc un disque singulier qui s'adresse avant tout aux amateurs de sensations fortes.




www.asphodel.com
www.zeitkratzer.de
www.iannis-xenakis.org

chronique publiée le 01/09/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire