10/12/2019  |  5278 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 09/12/2019 à 12:40:34
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Yes, U

Devastations
Beggars Banquet Records - septembre 2007

Etrange groupe que celui formé par les Australiens – basés à Berlin et Londres – de Devastations : entre pop gothique, folk désenchanté, post rock ténébreux et ballades de crooner mélancolique… Le nouvel album de Tom Carlyon – voix, guitare, piano, synthés –, Hugo Cran – batterie – et Conrad Standish – voix et basse – (renforcés ici par Andrea Lee et Nigel Yang aux synthés, au violon et au piano) se démarque du précédent opus (Coal) qui avait une parenté assez évidente avec les univers de Nick Cave, Tindersticks et The National. Sur Yes, U, les morceaux sonnent moins folk roots et sont plus influencés par les sonorités du début des années 80 (Joy Division & co). Cela donne un disque soufflant à la fois le chaud – les atmosphères sont souvent langoureusement sexuelles – et le froid – des nuages gothico bruitistes assez glaciaux s’amoncellent souvent au dessus de l’auditeur… A une ou deux exceptions près, les titres de l'album Yes, u sont convaincants : ils permettent de visiter des contrées sauvages (la forêt proche de la ville de Twin Peaks à la tombée de la nuit… ), de passer par des états d’esprit torturés ou d’imaginer des situations chargées de tension sexuelle sous jacente (comme chez des Queens Of The Stone Age plus calmes). Un disque et un groupe singuliers à découvrir…

Sites Internet : www.devastations.net, www.myspace.com/devastations, www.beggars.com, www.youtube.com (vidéos, live).


chronique publiée le 25/10/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire