16/11/2018  |  5077 chroniques, 166 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/11/2018 à 19:40:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
A Woman A Man Walked By

PJ Harvey & John Parish
Island / Universal - 30 mars 2009

Brillant retour de PJ Harvey, cette fois-ci avec son vieux complice John Parish pour la partie « musique »… Cette nouvelle collaboration (longtemps après Dance Hall at Louse Point) marque un retour aux guitares acérées après le très calme disque White Chalk, mais Polly Jean et John alternent joliment entre les morceaux de rock ‘n roll abrasif et les titres plus calmes, voire presque expérimentaux.

Contrairement à certains artistes qui formatent systématiquement leur travail pour le rendre commercialement acceptable, PJ Harvey semble suivre le chemin qu’elle a envie d'emprunter, sans chercher à combler ses fans à tous les coups… Si l’album s’ouvre par le titre le plus accessible, le très bon et viscéralement accrocheur Black Hearted Love (voix magique, guitares en furie, ambiance tourmentée, tension permanente), le reste du disque A Woman A Man Walked By comporte également des morceaux lancinants joués avec un ukulélé, une mandoline, un orgue ou une guitare sèche… Ces morceaux-là, comme ceux de White Chalk (dont ils sont les dignes successeurs… ) demandent un petit peu plus d’attention pour dévoiler tous leurs charmes, bel et bien au rendez-vous si l’on s’attarde un tant soit peu. On n’en attendait pas moins de la prometteuse collaboration entre Miss Harvey (textes, voix) et Mister Parish (musiques) ! Le deuxième titre (Sixteen, Fifteen, Fourteen), quant à lui, est une sorte de blues du Delta - joué sur une guitare volontairement bousillée - où le courant – alternatif – passe entre les deux musiciens : une réussite dans le style « étrange ». Comme la composition suivante - Leaving California - où PJ Harvey chante avec une voix aiguë sur une musique minimaliste et déstructurée. Retour au rock sur The Chair, avant de se faire saisir par une balade maléfiquement envoûtante, April, avec orgue et voix sur le fil du rasoir. Pas de doute, c’est toujours la grande classe chez ce couple musical là !

Et la suite est à l’avenant, avec le très énervé diptyque évoquant Patti Smith A Woman A Man Walked By / The Crow Knows Where All The Little Children Go, une épatante réminiscence de White Chalk - le sidérant The Soldier - et l’outrageusement rock ‘n roll tribal aboyé, Pig Will Not. Immédiatement suivi dans un joli jeu de montagnes russes faisant battre fort le cœur par les calmes et élégiaques Passionless, Pointless et Cracks In The Canvas, qui mettent un point final à cet opus. Pas de doute là-dessus, la nouvelle étape dans la carrière de PJ Harvey que constitue l’album A Woman A Man Walked By est une grande réussite. On le savait déjà mais PJ Harvey et John Parish étaient vraiment faits pour se rencontrer un jour…

A lire également, la chronique du concert de PJ Harvey aux Eurockéennes de Belfort 2004.

Sites Internet : www.youtube.com (clip de black Hearted Love), http://globals.universal-music.de (une interview de PJ et John à propos de l'album), www.pjharvey.net, www.islandrecords.co.uk, www.ilike.com/artist/PJ+Harvey, www.myspace.com/pjharvey.


chronique publiée le 30/03/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire